L’écologie urbaine de la scène musicale du quartier de La Plaine, Marseille. Trois questions à Rémi Boivin

Rémi Boivin est docteur en sociologie de l’EHESS. Il a récemment soutenu sa thèse intitulée À l’écoute de La Plaine. Écologie urbaine d’une scène musicale à Marseille sous la direction d’Emmanuel Pedler au Centre Norbert Elias.
Il est actuellement ATER à l’Université Paris III Sorbonne Nouvelle dans l’UFR Arts & médias. Il est un membre actif de l’Institut de Recherche sur les Mondes de la Musique (IRMM) et président de l’Association pour un Colloque sur les Musiques Populaires (ACEMuP).

Vous avez consacré plusieurs années à enquêter sur l’émergence d’un monde commun autour d’une place que les marseillais appellent « La Plaine ». Pouvez-vous nous dire comment et sur quoi ce monde commun s’est constitué ?

J’ai adopté une perspective singulière en considérant la musique comme une porte d’entrée pour appréhender un monde social plus vaste, un outil pour comprendre les sociétés humaines. Mon objet s’est construit de manière progressive et en quelque sorte je me suis laissé guider par mon terrain d’enquête. Je me suis imprégné pendant plusieurs années de ce monde musical et me suis rendu compte peu à peu qu’il correspondait à un changement plus vaste du quartier sur lequel je travaillais. À Marseille, la portion urbaine autour de la place Jean-Jaurès, que les marseillais appellent plus souvent La Plaine, a entamé une série de transformation à partir de 1972 avec le transfert du marché maraîcher de gros vers un secteur périphérique de la ville. Plus tard, c’est l’installation de bars, de restaurants de café-théâtre et de salles de concert qui transforme le quartier et le construit progressivement en tant que scène musicale et centralité artistique et culturel de la ville.

En fait, en prenant les pratiques et les performances musicales comme un moteur de fabrication d’un territoire propre, j’observe que c’est une co-production qui est à l’œuvre. En parallèle de l’installation de ces espaces de diffusion et de rencontre, un mouvement culturel, le sound system, émerge et circule localement sous l’impulsion du groupe Massilia Sound System au cours des années 1980 et 1990. Ce sont ces deux phénomènes concomitants qui produisent cette dynamique culturelle et sociale nouvelle et permettent de comprendre l’émergence d’un nouveau monde commun à et par La Plaine. J’ai tenu à faire apparaître le processus d’enquête dans mon écriture car je ne considère pas la musique comme un phénomène isolé de la vie sociale ordinaire. J’ai ainsi commencé par décrire et restituer l’ambiance urbaine des quartiers du centre-ville et mon enquête qui consistait en une ethnographie de la ville s’est progressivement muée en une ethnographie des musiques, ou plutôt des « situations de musique ». Il m’a en effet semblé essentiel de rendre compte dans le processus même d’écriture de la construction progressive de l’objet et de l’approche en donnant le maximum de prises sur les « échafaudages » du raisonnement.

Pouvez-nous nous dire en quoi consistent ces pratiques d’appropriation de l’espace public ?

En passant du temps dans le quartier de La Plaine, j’ai commencé par décrire l’espace public urbain, les lieux, des ambiances sans chercher alors frontalement les musiques. Il y avait déjà un marquage culturel important du territoire, avec l’omniprésence de graffitis, du street art et d’affiches de concerts, qui indiquait que des collectifs investissaient de manière habituelle ce quartier pour leurs activités culturelles. Puis, j’ai observé et rencontré des musiciens, des performers investis autour des musiques autour de La Plaine et du cours Julien, comme un beatmaker hip-hop distribuant ses CD dans la rue, un collectif de rap en plein tournage d’un clip ou encore des concerts punk en plein air sur la place publique. En somme, en fréquentant des musiciens, des programmateurs, des gérants de bars et de salles de concert, j’ai peu à peu observé une forme de solidarité autour des musiques entre des acteurs qui semblaient partager une culture commune du lieu et constituer dès lors un monde commun.

Se concentrer sur un même territoire pour examiner des engagements musicaux permet d’observer non seulement des formes de coopération entre les collectifs et des différences dans la manière dont ils construisent leur projet, mais également des formes de confrontation et de clivage avec les définitions partagées par d’autres participants présents dans le quartier : notamment les riverains. L’approche spatiale des musiques à partir de l’étude d’un espace commun permet alors de voir émerger et d’analyser des frontières culturelles et sociales (à l’intérieur de la scène musicale et vis-à-vis de l’extérieur) qui se matérialisent à l’occasion d’événements, de rassemblements et parfois de problèmes publics locaux.

Cette forte dynamique culturelle locale depuis plus de trois décennies (de nombreuses salles de concert, des fanfares, des groupes jouant dans l’espace public, etc.) participe d’une culture sonore du lieu qui vient se confronter à d’autres usagers du lieu qui ne partagent pas forcément cette ambiance sonore et culturelle en y voyant alors que du « bruit ». Nous touchons là à la dimension politique de la musique : des conceptions différentes de la vie de la Cité qui se confrontent à partir d’une situation très concrète de vivre-ensemble. Les pouvoirs publics sont interpellés pour résoudre cette situation conflictuelle où deux camps s’opposent : les partisans d’une vie culturelle et musicale dynamique et les défenseurs du respect d’autrui et de la tranquillité publique. C’est bien un processus continu de négociation entre les divers participants qui caractérise ce rapport social situé et qui permet la stabilisation de la scène musicale jusqu’à maintenant. Mais depuis 2018, il y a un projet de transformation urbaine d’ampleur.

Comment peut-on replacer vos travaux dans la réalité de la transformation urbaine en France ?

Mon travail sur un quartier central de Marseille pose des questions sur la transformation de la ville en général, sur l’intervention des pouvoirs publics et sur des initiatives culturelles qui jouent un rôle essentiel dans la construction d’un lien social. Ce genre de dynamique ne peut s’observer qu’en étant au plus près du terrain.

Ces dynamiques se retrouvent dans d’autres situations urbaines en France. Il y a des enjeux de gentrification et une volonté des pouvoirs publics de réhabiliter certains quartiers pour les faire « monter en gamme » en matière de dynamisme économique. Les activités culturelles et musicales constituent une part importante de ces nouvelles dynamiques sociales inhérentes à un quartier. Les grandes villes françaises ont ce type de centralité culturelle et musicale. Elles ne se réduisent ni à des jeunes qui s’amusent, ni à un simple levier économique mais constituent un moteur de transformation urbaine et sociale.

Aujourd’hui, après cette enquête, je suis convaincu que partir de la musique pour analyser un processus social plus vaste peut être transposable à d’autres réalités, à d’autres terrains. J’ai débuté une enquête à Paris autour de Montmartre en m’intéressant à l’actualisation d’un certain imaginaire du lieu au travers d’activités touristiques et musicales, et notamment sur le rôle de « bars kabyles » dans la transformation du quartier. Du fait de la pandémie de Covid-19 et de son effet dévastateur sur le spectacle vivant, ce projet de recherche se voit quelque peu bousculé. Il y a encore des initiatives et des choses à observer.

Entretien mené par Boris Pétric.

Photo : © Nicolas Serve – Extrait d’un reportage sur « La Sardinade du 1er mai 2014, La Plaine, Marseille », initialement publié sur Mediapart : https://blogs.mediapart.fr/nicolas-serve/blog/020514/la-sardinade-du-premier-mai


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search