Les nouvelles pratiques alimentaires en France et aux Etats-Unis : le crudivorisme. Trois questions à Solenn Thircuir

Solenn Thircuir est docteure en sociologie de l’EHESS. Elle a récemment soutenu sa thèse Les carrières crudivores : un révélateur du régime d’autonomie des individus préparée sous la direction d’Emmanuel Pedler au Centre Norbert Elias. Elle est actuellement ATER à l’université Claude Bernard (Lyon 1) et enseigne au sein de la faculté de médecine de Lyon Sud.

Vous avez étudié les nouvelles pratiques alimentaires en France et aux États-Unis, pouvez-vous revenir sur cette enquête ?

Je me suis intéressée à une pratique alimentaire qui est liée à un mouvement social que l’on appelle le « crudivorisme ». Comment on le devient, comment on le reste, ou comment on en sort. Je montre que l’alimentation participe à la construction de l’identité sociale. J’ai découvert l’existence de cette pratique alimentaire au cours de mon master de l’EHESS. J’ai été interpellée par la symbolique intrigante de ce terme – « crudivorisme » – en sachant que la cuisson est communément présentée comme une des découvertes notables dans l’histoire de l’humanité. Elle implique l’idée d’une évolution, d’une adaptation. Je me suis alors demandée ce qui poussait des individus à s’orienter vers cette pratique qui prône la consommation exclusive de fruits et légumes crus, de graines et de noix. Je voulais en savoir davantage sur les conditions d’émergence de ce mouvement. J’ai réalisé plus de soixante entretiens en France et aux États-Unis qui privilégient le sens que ces individus donnent à leur parcours et leurs actions. Le crudivorisme est une pratique alimentaire qui se situe dans une nébuleuse de mouvements alternatifs, de réformes citoyennes qui ont pour objectif de modifier non seulement leur alimentation mais aussi celles des autres. Mon travail est donc ancré dans des enjeux plus généraux concernant la responsabilisation des consommateurs.

Le mouvement crudivore s’est développé à partir de la fin du XIXe siècle et connaît un nouvel essor grâce à Internet. L’une des difficultés de mon terrain tient au fait que le crudivorisme est une pratique peu institutionnalisée. J’ai eu accès à ces consommateurs à travers un réseau crudivore sur Internet. J’ai également été à leur contact à travers des stages ou des événements organisés par ce réseau. Ces personnes m’ont donné ensuite de multiples contacts pour construire un échantillonnage en boule de neige et m’ont ainsi permis d’atteindre des personnes moins visibles. J’ai mobilisé la notion d’ « entrepreneur de morale » d’Howard Becker afin de décrire des figures du crudivorisme qui prescrivent des normes et génèrent des besoins. Ces entrepreneurs de morale ont une certaine visibilité à travers leur activité sur les réseaux sociaux ou sur YouTube pour attirer vers eux un certain nombre de personnes intéressées. Il y a un ensemble d’entrepreneurs de morale qui proposent des stages, des recettes et qui accompagnent les personnes qui effectuent une transition alimentaire vers le crudivorisme. C’est une population difficile à quantifier et qui fait l’objet d’une stigmatisation. Il y a quelques restaurants à Paris, aux États-Unis, à Milan, au Canada ou encore en Chine mais principalement dans les pays occidentaux.

Quels sont les principaux résultats de votre enquête ?

Se construire « crudivore » se fait dans la performance et se rapproche d’une forme d’ascétisme où préside l’imaginaire de l’incorporation qui fait le pont entre le mangeur et les vertus de la chose mangée. Parmi la population interviewée, des préoccupations sanitaires sont mises en avant. Les individus cherchent à se purifier afin d’atteindre un idéal de santé. Le changement d’alimentation est une manière de l’atteindre. Pour les crudivores, manger des aliments qui n’ont pas été transformés leur permettrait d’être en harmonie avec la nature.

Il y a une hiérarchisation des aliments selon leur vertu et leur potentiel nocivité qui responsabilise les consommateurs. C’est une morale qui apparaît de manière générale dans l’alimentation aujourd’hui. L’étude du champ alimentaire permet de mettre en lumière la montée en puissance du consommateur en tant qu’entrepreneur de lui-même. Des pratiques telles que le crudivorisme ne peuvent être considérées uniquement comme un anti-discours. Elles sont l’expression d’une forme de dissidence dans une société marquée par la défiance et dans le même temps elles sont l’expression de l’individualisme contemporain au travers de l’injonction à se réaliser soi-même.

J’ai appréhendé le phénomène crudivore par l’analyse des carrières qui m’ont permis de comprendre l’inscription de leurs pratiques et des enjeux d’appartenance dans le temps. Le crudivorisme étant une pratique perçue comme déviante, il peut impliquer des ruptures, des changements dans les cercles de sociabilité. Il s’agit là notamment d’une des raisons pour laquelle certains interviewés sortent de la « carrière » et cessent leur engagement. Il peut s’agir de ruptures nettes qui amènent certains individus à revenir à leur pratique alimentaire antérieure mais dans la majorité des cas, ces individus s’orientent vers une pratique plus flexible tel que le végétalisme qui se trouve être un compromis entre une pratique alimentaire en concordance avec un certain nombre de leurs valeurs et une vie sociale maintenue.

En quoi votre enquête pose une problématique plus générale sur l’alimentation ?

Ma recherche sur le crudivorisme est une porte d’entrée pour étudier un mouvement plus général concernant la question du progrès technique, du rapport entre nature et culture, une remise en question des institutions légitimes des savoirs, mais également une nouvelle forme de spiritualité qui interroge la place de l’être humain dans son rapport à la nature. Cela peut également s’exprimer dans le rapport au monde animal au travers d’une réflexion sur les aliments présentant des valeurs éthiques. Il y a une forme de réflexion d’humanité idéalisée, délestée de la souffrance et de la maladie, mais également sur l’environnement au travers de la dénonciation de la transformation des aliments, ce qui nous aurait éloigné d’un état de nature. En s’engageant dans le crudivorisme, ces personnes cherchent à le restaurer.

Aujourd’hui, je m’intéresse à des thématiques concernant le corps réfléchi, l’imaginaire idéalement compris afin de saisir de manière plus approfondie des normes sociales inscrites dans le corps jusqu’à l’organique. Ce qui m’intéresse, ce sont les trajectoires de vie et les dynamiques institutionnelles. Dans le champ de la santé, j’ai l’intention de mener une nouvelle enquête sur l’accompagnement et le traitement de patients atteints du cancer.

Entretien réalisé par Boris Pétric.

Image : Free To Use Sounds on Unsplash


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search