Normes et pratiques françaises de l’assistance médicale à la procréation. Trois questions à Manon Vialle

Manon Vialle est docteure en sociologie de l’EHESS. Elle a soutenu sa thèse intitulée Infertilité « normale » vs infertilité « pathologique ». Normes et pratiques françaises de l’AMP ((Assistance médicale à la procréation)) face à l’infertilité féminine liée à l’âge1, en 2017 sous la direction d’Irène Théry. Après un post-doctorat de deux ans sur les vécus de l’infertilité et l’accès à la parenté post-cancer2 mené au Centre Norbert Elias, elle est actuellement ATER au département de sociologie d’Aix-Marseille Université. Elle a récemment obtenu une bourse de recherche sur le thème COVID-19 et AMP. Elle participe aussi aux activités du groupe de recherche EnCoRe3 en tant que membre actif.

Sur quoi porte l’enquête que vous avez menée pour votre thèse ?

J’ai travaillé pendant sept ans sur l’accès aux techniques d’assistance médicale à la procréation (AMP). J’ai commencé mon enquête au sein de centre d’AMP où j’ai observé et interviewé un monde professionnel fait de médecins gynécologues, de biologistes, de techniciens de laboratoire, d’infirmières, de psychologues, de sages femmes et de secrétaires. J’ai poursuivi mon enquête en me focalisant sur l’expérience de femmes de plus 40 ans prises en charge dans ces centres.

Pour donner une idée, en France, il y a une centaine de centres d’AMP dont les techniques médicales donnent lieu à environ 800 000 naissances par an chez les couples hétérosexuels, qui représentent environ 3% de l’ensemble des naissances annuelles. Ces chiffres concernent uniquement les « couples hétérosexuels » puisque jusqu’à présent la loi qui encadre l’accès aux techniques d’AMP ne permettait pas aux couples de même sexe, aux femmes célibataires ou aux femmes âgées d’y recourir. 

En fait, le modèle bioéthique qui encadre l’AMP repose sur une norme censée définir ce qu’est une infertilité normale ou pathologique. C’est à partir de cette opposition que se pose la question de savoir qui a le droit ou non d’accéder à ces techniques. Donc seules les infertilités considérées comme pathologiques dans un cadre théoriquement « naturel » étaient jusqu’alors considérées comme légitimes. 

Cette loi est en cours de révision en France et va s’assouplir au cours des prochains mois. Dans la plupart des pays voisins comme l’Espagne, la Belgique, la Grèce, ou encore le Royaume-Uni, la législation est plus permissive.

Quels sont les principaux enjeux que vous avez identifié ?

Dans ma thèse, j’ai voulu questionner cette opposition entre « normal » et « pathologique » qui structure les conditions d’accès à l’AMP à partir de l’étude spécifique des prises en charge des femmes de plus 40 ans, infertiles en raison de leur âge. D’une part, parce-que cette infertilité, représentant environ 13% de l’ensemble des prises en charge en AMP, est en hausse dans l’ensemble des pays euro-américains en raison du recul de l’âge à la maternité et que sa prise en charge est un enjeu de débats. D’autre part, parce qu’étudier de manière précise l’infertilité de ces femmes interroge la rupture nette entre normal et pathologique du cadre bioéthique. Cette infertilité, liée au vieillissement de la réserve ovarienne, peut effectivement toucher des femmes à 30 ans et d’autres à 45 ans. Pourtant cette même infertilité sera tantôt considérée comme pathologique et légitime, tantôt comme normale et illégitime.

J’ai étudié le processus de décision qui permet au médecin et à son équipe d’accorder ou non une prise en charge. Mon enquête a permis de mettre en évidence que les pratiques des médecins dépassent souvent la norme bioéthique, car l’opposition entre infertilité normale et pathologique s’avère inopérante en pratique. J’ai également étudié l’expérience des femmes quarantenaires prises en charge en AMP. Leurs témoignages montrent que l’infertilité ne peut se réduire à un phénomène considéré comme strictement normal ou pathologique, biologique ou social, et ce de manière figée et atemporelle. 

Ces enquêtes révèlent une conception de l’infertilité bien plus complexe que celle du modèle bioéthique qui s’avère en profond décalage avec les pratiques sociales autour de la reproduction.

Comment vos recherches s’inscrivent dans les débats contemporains sur les lois de bioéthique ?

Parmi l’ensemble des points discutés autour de la révision des lois de bioéthique, il est notamment question d’ouvrir la technique de préservation des gamètes à l’ensemble des femmes, dans le but de prévenir la baisse de la fertilité avec l’âge. Dans ce contexte, ma recherche éclaire les profils et trajectoires des femmes concernées, et montre comment la médecine de la reproduction s’inscrit déjà par-delà le modèle bioéthique en vigueur. Mes travaux amènent plus largement à questionner et à comprendre les évolutions conjointes des normes, des pratiques sociales, des technologies médicales et les tensions qui les traversent. 

Par exemple, ma recherche postdoctorale montre comment l’accès à l’AMP dans le cadre de la cancérologie est aussi soumise à des difficultés. Elle est pourtant considérée comme légitime en raison de la dimension pathologique de cette infertilité et ne fait pas débat. Mais en pratique, on observe une hiérarchisation de la légitimité des différentes pathologies justifiant ou non une prise en charge en AMP. Et cela en fonction de différents caractères sociaux que ma recherche identifie.

Un autre exemple. Dans le cadre de la pandémie liée au COVID-19, plusieurs services médicaux ont interrompu leurs activités. Ca été le cas des services d’AMP, exception faite des prises en charge liée à l’oncofertilité. Le choix de la suspension totale de certains services médicaux, pour qui et comment, interroge et éclaire encore autrement les normes et valeurs de notre société en termes de droits d’accès aux soins dans le domaine particulier de la reproduction.

Entretien mené par Boris Pétric.

Image : Affiches PMA – © Martin Bertrand

  1. http://theses.fr/2017EHES0159 []
  2. https://centrenorbertelias.cnrs.fr/programmes-de-recherche/parentalite-apres-cancer []
  3. https://encore.hypotheses.org []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search