Une approche anthropologique de la gestion du risque infectieux à l’hôpital. Trois questions à Clément Tarantini

Clément Tarantini est docteur en anthropologie de l’EHESS. Il a récemment soutenu sa thèse Le risque infectieux au regard des pratiques d’acteurs. Une anthropologie « par le bas » de la gestion du risque infectieux à l’hôpital, préparée au Centre Norbert Elias et à l’UMR VITROME sous la direction de Yannick Jaffré (CNRS) et Patrick Peretti Watel (INSERM).

On ne s’attend pas forcément à voir un anthropologue enquêter au sein d’un hôpital. Pourriez-vous nous dire pourquoi vous avez choisi d’enquêter l’hôpital Nord et l’IHU Méditerranée Infection à Marseille ?

Mon travail a en fait été initié par une commande, émise par des médecins et chercheurs en santé publique qui travaillent sur l’hygiène des mains du personnel hospitalier. Je n’ai donc pas vraiment « choisi » ce terrain. Mais j’ai accepté de répondre à cet appel, en tout cas. Il est admis depuis longtemps que la « bonne » désinfection des mains est un élément clé de la lutte contre les infections contractées à l’hôpital, plus communément appelées les infections nosocomiales ou infections associées aux soins. Ces chercheurs utilisaient essentiellement des méthodes et outils quantitatifs pour comprendre les pratiques de désinfections au regard des écarts par rapport aux protocoles d’hygiène. Ils ont alors souhaité avoir un éclairage qualitatif à travers une enquête ethnographique.

Cette manière d’enquêter, que je qualifie dans ma thèse de « par le bas », a nécessité d’accorder une attention toute particulière aux gestes par lesquels se réalisent les soins et les pratiques préventives face aux risques infectieux. Il s’agissait de se placer à hauteur d’acteurs, voire même à hauteur de gestes, pour saisir comment ceux-ci produisent et révèlent le social, et participent de la fabrication des territoires du soin, du risque, des identités, etc. C’est aussi un moyen d’observer comment ces professionnel-les vivent et éprouvent des dispositifs experts pensé « d’en haut », et donc comment ces dispositifs travaillent les pratiques ordinaires.

Mon enquête a consisté en une longue immersion dans un service de maladies infectieuses et tropicales de Marseille, initialement situé à l’hôpital Nord puis transféré au sein du nouvel IHU Méditerranée Infection. J’ai endossé la blouse blanche pour mener des observations participantes auprès du personnel, principalement paramédical (infirmièr-es, aides-soignant-es, agents de service hospitalier). En effet, j’ai très vite été happé dans le travail quotidien de ces soignant-es et j’ai donc été amené à régulièrement donner la main, dans un contexte professionnel où le personnel a le sentiment d’être en sous-effectif et soumis à des cadences importantes. J’ai ainsi observé méticuleusement le travail de soin, de l’organisation du ménage et du nettoyage des chambres, aux toilettes de patients réalisées par les aides-soignant-es, en passant par les bilans sanguins effectués par les infirmièr-es, par exemple. J’ai par ailleurs réalisé des entretiens avec le personnel.

Cette longue enquête m’a permis d’accéder à tout un ensemble de représentations sur leurs pratiques et le risque infectieux. Il se trouve que beaucoup de gestes relèvent de « routines » qui ne font pas l’objet de discours réflexifs. Ces acteurs n’ont pas toujours les mots pour dire ce qu’ils font, et les pratiques d’hygiène ne font donc pas forcément l’objet d’une « conscience discursive », pour reprendre une expression de Giddens.

Quelles sont les grandes conclusions de votre travail ?

Selon l’Inserm, les infections nosocomiales toucheraient environ 5% des personnes hospitalisées et représenteraient entre 4000 et 5 000 morts par an, en France. Il y a donc là un véritable problème de santé publique et une enquête peut apporter des analyses intéressantes pour réfléchir aux situations de contamination. Les représentations et les pratiques des soignant-es relèvent de différentes dimensions (sociales, affectives, cognitives, sensibles) qui sont enchevêtrées les unes dans les autres. Il est par conséquent impossible de proposer une analyse explicative qui reposerait uniquement sur des causes bien identifiées. Il est néanmoins possible, si ce n’est essentiel, d’apporter un éclairage sur les dynamiques sociales à l’œuvre dans ce problème des infections nosocomiales.

Les motifs d’agir ont été au centre de mon attention pour mieux comprendre les ressorts de l’action. J’ai essayé d’aller au-delà de la « représentation du risque » qui est une approche classique des sciences sociales de la santé. J’ai plutôt proposé de penser en terme d’objets composés. Cette approche, s’inspirant de la notion de « dispositif » chez Foucault et « d’agencement » chez Deleuze, ouvre à une réflexion différente. Elle propose de comprendre les pratiques d’acteurs dans les rapports que les individus entretiennent avec les différents objets (matériels, discursif, monde microbien) qui composent la vie sociale et ordinaire d’un service hospitalier.

J’ai identifié trois principales dimensions qui participent de la construction des gestes d’hygiène et de prévention. Une dimension historique qui se réfère autant à l’histoire longue des maladies contagieuses qu’à l’histoire d’un service, exprimée par les mémoires collectives et les trajectoires biographiques. Une dimension normative, qui se réfère essentiellement aux interactions des soignant-es avec les dispositifs de prévention. Et une dimension sensible, où les sentiments, les émotions, les sensibilités, participent à la construction des pratiques. Dans le service enquêté, par exemple, la peur ou le dégoût sont des émotions régulièrement convoquées par le personnel paramédical. Elles se construisent dans des processus de socialisation qui organisent en partie le travail de soin et le travail préventif.

Une meilleure compréhension du travail au quotidien de ces professionnel-les et une prise en compte de leurs manières d’appréhender et d’éprouver le risque infectieux est indispensable. Cela permet de saisir les limites de dispositifs de prévention et de comprendre comment naissent des situations de contamination.

Au terme de votre enquête, votre travail ouvre de manière plus générale sur comment des dispositifs de prévention sont vécues et appliqués ?

Il est tout à fait intéressant de voir que ces normes de prévention du risque se sont déplacées vers l’ensemble de la société avec la situation actuelle liée au COVID-19. Ce n’est plus seulement l’hôpital qui est concerné, mais la quasi-totalité des lieux sociaux qui sont interpellés pour appliquer des règles de prévention pour se protéger d’un risque invisible et omniprésent.

Après cette expérience, je vais commencer un post-doctorat au sein de l’unité « Recherche en éthique et en épistémologie » de l’inserm, en partenariat avec l’Espace Éthique Ile-de-France. Il s’agira d’enquêter, toujours auprès du personnel hospitalier, pour interroger la place et le rôle de l’expérience dans la prise de décision et la construction de l’éthique dans cette situation de crise épidémique. Cela s’annonce tout à fait passionnant, d’essayer de saisir comment s’expriment les expériences éthiques dans cette situation de crise ou les cadres normatifs et théoriques, et plus largement les routines, sont fragilisés. Quels ajustements sont opérés par les professionnel-les de santé, quels jugements, quelles formes d’apprentissages par l’expérience et quelles expériences collectives dans la construction du travail de soin et de l’éthique ?

À plus long terme, j’aimerais continuer d’interroger ces expériences du risque, liées aux risques infectieux, à divers niveaux, en passant des professionnel-les de santé aux experts en charge de l’élaboration des normes et dispositifs de biosécurité, sans oublier les populations, qui avec cette crise ont éprouvé ce risque infectieux et les mesures préventives au plus près, dans les corps et les vies quotidiennes.

Entretien mené par Boris Pétric.

Image : © Clément Tarantini 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search