Penser la Palestine au futur. Trois questions à Marion Slitine

Marion Slitine est anthropologue, actuellement chercheure au Centre Norbert Elias à Marseille, sous contrat postdoctoral EHESS/Mucem. Elle mène des recherches sur les interactions entre art, ville et politique dans le monde arabe. Plus largement, ses recherches explorent les circulations culturelles entre Proche-Orient et  Maghreb et les croisements disciplinaires entre pratiques artistiques et ethnographiques. Pour le festival Allez Savoir 2022, elle propose une projection du film de science-fiction In Vitro de la réalisatrice palestinienne Larissa Sansour.

Capture d’écran du film “In Vitro”, 2019 – © Larissa Sansour.

Marion Slitine, pouvez-vous présenter le film que vous avez choisi pour cette édition du Festival des sciences sociales de l’EHESS “Allez Savoir” consacrée au “temps” ?

Dans le cadre du festival, je propose de penser la Palestine au futur, alors qu’on a souvent tendance à la regarder sous l’angle soit de son actualité brûlante, soit du poids de son passé surchargé. J’invite à décaler le regard, en revenant sur la manière dont l’investissement du futur par les artistes peut revêtir une dimension politique forte. Dans le contexte palestinien, beaucoup d’artistes se sont en effet tournés vers le monde du futur et de la science-fiction pour réinventer la politique nationale et fabriquer de nouveaux « champs des possibles ». En investissant les futurismes dans leurs œuvres ou en explorant les voies de la fiction (fiction documentaire, narration spéculative, science-fiction, etc.), ces propositions artistiques peuvent favoriser une pensée anticipante et une sortie de l’impuissance. Elles jouent avec les frontières entre réel et fictif et deviennent des plateformes pour imaginer les jalons d’un futur de leur pays, tout en participant à imaginer une Palestine « recréée ». L’artiste palestinienne Larissa Sansour incarne particulièrement bien cette génération d’artistes qui ont investi le futur et la science-fiction comme acte politique et performatif dans leurs œuvres. C’est pourquoi je propose de mettre en perspective son film In Vitro au sein d’une création contemporaine palestinienne plus large, qui mobilise le futur pour proposer des récits alternatifs du présent.

Sahab, le Musée des Nuages © Collectif HAWAF

“Sahab, le Musée des Nuages” – © Collectif HAWAF

En quoi ces problématiques s’inscrivent dans vos travaux de recherche ?

Cette proposition entre dans le cadre de mes recherches sur la Palestine contemporaine et les interactions entre art et politique dans le monde arabe. Elle fait notamment écho aux conclusions de ma thèse à l’EHESS (« La Palestine en créations. La fabrique de l’art contemporain, des territoires occupés aux scènes mondialisées »), où j’ai ouvert sur le rôle de la science-fiction dans l’art contemporain palestinien, mais aussi à mes recherches postdoctorales à l’EHESS et au Mucem sur le rôle de l’artivisme en temps de vulnérabilité et sur les utopies artistiques en contexte colonial. Dans le cadre de mon projet postdoctoral, j’ai d’ailleurs organisé récemment une rencontre « Autour du musée des futurs de Gaza » au Mucem à Marseille et à la Cité internationale des arts à Paris, autour de la question des futurismes et des muséologies alternatives. Cette journée s’est organisée autour du projet de « Musée des nuages » à Gaza du collectif HAWAF : un musée en réalité virtuelle, pour un territoire sous embargo. Afin d’en retracer son patrimoine et son art, et d’en imaginer son histoire au futur, ce projet en devenir a été mis en dialogue avec des créations artistiques et muséales qui utilisent la grammaire des « possibles » pour construire un discours critique du présent. Cette journée a été conçue comme une rencontre artistique et scientifique, où artistes, cinéastes, chercheur.es, commissaires d’exposition, muséologues (notamment Thomas Bellinck, Bochra Triki, Makan Fofana, Giorgio De Finis, Mounir Ayache, Rania Stephan, Youness Atbane) ont confronté leurs propres regards au propos de ce projet de musée des futurs de Gaza. Elle a été l’occasion d’aborder différentes expériences d’écritures artistiques qui utilisent le détour fictionnel (fictions documentaires, narrations spéculatives, science-fiction), opposant aux assignations territoriales ou identitaires la puissance critique d’une réalité non advenue ou alternative. Par ailleurs, cette rencontre a mis en lumière des dispositifs muséaux qui jouent des distorsions du temps et de l’espace (utopie, dystopie) pour inverser les notions de patrimoine et de mémoire sur lesquelles les musées sont fondés et pour en subvertir les stéréotypes. Enfin, et en écho à ma proposition pour le festival Allez Savoir, je viens de publier un numéro spécial « Demain, le printemps. Pratiques d’imagination et d’anticipation dans le monde arabe » dans Horizons maghrébins. Cet ouvrage réunit des contributions qui interrogent, plus de dix ans après les soulèvements arabe, l’imagination et l’anticipation comme pratiques sociales inscrites dans la vie quotidienne. Il se penche sur la manière dont elles font advenir de nouvelles manières de penser et de faire le politique. Plus largement, cette proposition s’inscrit dans une réflexion plus large que je mène sur la fabrique artistique dans les mondes arabes (professions, politiques, circulations, matérialités) sur laquelle j’ai organisé un colloque au Mucem et à la MSH Paris Nord.

"Hot Spot", 2018 - © Mona Hatoum (Courtesy Galerie Chantal Crousel)

“Hot Spot”, 2018 – © Mona Hatoum (courtesy Galerie Chantal Crousel)

Où en sont vos travaux actuellement ? Vous préparez un colloque sur la “Palestine globale”. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Actuellement, je poursuis mes recherches qui visent notamment à désenclaver et à sortir la Palestine de son exceptionnalité, notamment dans le cadre du séminaire à l’EHESS que je co-organise à l’EHESS « Palestine et Palestinien·nes : expériences et pratiques contemporaines », qui met en lumière des travaux de recherche qui changent la façon d’appréhender la Palestine et de penser l’expérience vécue des Palestinien·nes. Par ailleurs, je co-organise au Mucem en 2023, un colloque sur la Palestine globale où je développe une réflexion sur la palestinisation du monde, pour reprendre l’expression du réalisateur Elia Suleiman dans son dernier film It must be heaven (2019). En partant du constat que « ce n’est plus la Palestine qui est un microcosme du monde, [mais que] c’est le monde qui est devenu un microcosme de la Palestine », il se demande comment « le monde s’est transformé en une sorte de Palestine ». Ainsi, cette rencontre interrogera de manière transversale, les nouvelles formes de la Palestine connectée, qui réinventent en réseaux les manières de voir, de dire et de représenter la Palestine et d’y vivre. Les études sur la Palestine ont ouvert la voie à des pistes heuristiques pour analyser des processus à l’oeuvre – violence globalisée, tout-sécuritaire, hypermilitarisation des espaces et des frontières, « palimpseste des peurs » – et pour comprendre des dynamiques de domination et des logiques d’oppression, ailleurs dans le monde. Tout en mobilisant le paradigme colonial dans une visée comparative et pluridisciplinaire, ce projet permettra d’explorer autant les mondes palestiniens à travers les expériences et les pratiques – politiques, économiques, culturelles, sociales – contemporaines, que les Palestines dans/pour le monde à travers ses nouvelles représentations politiques et artistiques.

Penser la Palestine au futur : un acte performatif et politique
Projection-débat autour du film In Vitro (Larissa Sansour et Søren Lind, 2019, Palestine/Danemark, 28 min, 2 canaux, en noir et blanc, arabe sous-titré en français). En présence de l’actrice Maisa Abd Elhadi.
A la suite d’une catastrophe écologique, un réacteur nucléaire abandonné a été transformé en un immense verger. Un groupe de scientifiques se prépare à planter le sol en utilisant des graines patrimoniales récoltées dans les derniers jours qui ont précédé l’apocalypse. Un dialogue entre les deux scientifiques s’amorce, puis se transforme en un échange intime sur la mémoire, l’exil et la nostalgie, avec Bethléem comme toile de fond narrative, politique et symbolique.
– 25 septembre 2022, 12h00-13h00, Le Miroir, La Vieille Charité, Marseille. Entrée libre. Plus d’infos sur le site d’Allez Savoir…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search