Le paysage comme patrimoine. Trois questions à Marjorie Ruggieri

Marjorie Ruggieri est docteure en anthropologie de l’EHESS. En 2021, elle a soutenu sa thèse “Ethnographie d’un tourisme paysager : l’engouement chinois pour la lavande provençale au XXIe siècle”, préparée au Centre Norbert Elias sous la direction de Boris Pétric et Caroline Bodolec. Elle est aujourd’hui chargée de recherche pour l’Office pour le Patrimoine Culturel Immatériel (OPCI), une association vendéenne de recherche, de coopération technique et d’expertise pour la sauvegarde, l’inventaire et la transmission du patrimoine culturel immatériel.

Plateau de Valensole, 2018 - © Marjorie Ruggieri

Plateau de Valensole, 2018 – © Marjorie Ruggieri

Qu’est-ce que le “phénomène chinois” et comment ce sujet de recherche s’est “imposé” à vous?

Sur le plateau de Valensole, dans les Alpes-de-Haute-Provence en Région Sud, les paysages ont connu une transformation radicale impulsée par l’engouement chinois pour la lavande. La pratique excursionniste, à la journée ou à la demi-journée, dont les lavandes représentent l’attraction principale, a débuté en 2008 avec cette année-là un peu plus de 60 000 chinois qui ont visité la région pendant la floraison. Elle a alors été identifiée comme « un phénomène chinois » par les médias français.

La rencontre, sur le plateau de Valensole, entre les agriculteurs, les artisans, les hébergeurs et les touristes de passage venus de Chine est le sujet de cette thèse. La problématique qui en découle est la suivante : dans quelle mesure la circulation chinoise et les dynamiques qu’elle induit apporte un nouvel éclairage sur le rapport au paysage et au patrimoine immatériel en milieu rural ?

Pour ma part, tout a commencé en 2016 à l’occasion d’une panne de voiture ! Une jeune asiatique en panne m’a demandé de l’aide en chinois, une langue que fort heureusement je pratique, puis une autre, en tenue de mariée occidentale, m’a coupé la route. C’est à ce moment que j’ai commencé à réfléchir à ce sujet.

Quelles sont vos conclusions ?

Mon objectif à travers cette thèse était de mettre en lumière les situations de frictions et les conflits d’usage qui se jouent derrière la carte postale idyllique et les milliers de photographies postées sur le net de ce paysage à priori naturel. L’une des questions centrales qu’elle pose est donc le rapport complexe que l’homme, qu’il soit agriculteur, commerçant ou touriste, entretient avec le paysage. La notion de paysage en tant que “patrimoine”, avec l’inscription en 2018 de la lavande à l’Inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel [1], se situe au cœur des interrogations de ma recherche.

Une partie des résultats de la thèse témoignent de l’ambivalence des discours et de la construction complexe de la lavande en tant que patrimoine local. Elle illustre le processus par laquel la lavande se charge de valeurs économique, symbolique, culturelle, familiale et sociale, à travers les discours des entrepreneurs locaux, une muséification (à Mane, Barrême, Coustelet puis à Valensole), une commercialisation locale du produit, une forme d’agritourisme valensolais et la création de toute pièce, en 1993, d’une fête à l’ancienne, la Fête de la lavande de Valensole. Elle montre ensuite à travers les diverses échelles nationales, régionales, départementales, la construction en millefeuille d’une véritable géopolitique du tourisme où le patrimoine lavandier devient un élément de politique locale.

Je pense que l’intérêt de cette recherche réside aussi dans une observation minutieuse non seulement de la pratique des touristes du monde chinois mais aussi des discours qui montrent que l’engouement pour la lavande est le résultat de divers mode d’accès à la Provence (réseaux sociaux, blogs, séries télévisées, émissions de voyage, livres de Peter Mayle). Tous ces éléments concourent à établir la lavande comme la “fleur de l’amour discret et éternel” traduit par le terme chinois langman (浪漫). L’observation du tourisme chinois révèle également une racialisation du tourisme qui invite à réinterroger les notions d’altérité, d’interculturalité et d’identité. La stigmatisation du tourisme chinois, renforcée par la promotion touristique et les médias, se retrouvent dans des éléments de langages valensolais, dans la fabrique d’une « histoire à soi » valensolaise et dans une culture matérielle locale qui renforce le sentiment identitaire. In fine, je pense qu’elle balaye beaucoup de préjugés que les gens peuvent avoir sur le tourisme chinois.

Quel regard portez-vous sur les évolutions récentes, dans le contexte pandémique ?

Les mesures sanitaires visant à éviter la propagation de la Covid-19 ont évidemment rebattu les cartes de l’étude de l’activité touristique en coupant net toutes les circulations internationales. Cependant, pendant l’été 2020, la région Sud, en particulier Valensole, a connu une saturation sans précédent de ses espaces touristiques due à la présence massive de touristes français. Les champs de lavande ont à nouveau été pris d’assaut. Non seulement les locaux se sont à nouveau sentis envahis, mais à cette saturation s’est ajoutée la question sanitaire. Cela montre combien l’usage du territoire, l’appropriation d’un paysage et les questions touristiques sont complexes et nécessitent des travaux prenant en compte les modes de vie des communautés d’accueil, le sens qu’ils donnent à leur patrimoine culturel et paysager et à leurs traditions, mais aussi les représentations qu’ont les touristes de ce patrimoine.

Mes nouvelles fonctions à l’Office pour le Patrimoine Culturel Immatériel m’ont amenée à interroger le patrimoine au-delà de la question touristique que soulevait ma thèse. Ainsi, la pandémie a fragilisé bon nombre de structures associatives qui œuvrent pour la sauvegarde et la transmission du patrimoine culturel français, celui-là même qui attire tant de touristes. Elle a privé pendant des mois les bénévoles de la sociabilité, du faire ensemble et du sens de l’engagement qu’ils venaient chercher dans leur action. La reprise des activités économiques et touristiques, en 2021 et surtout en 2022, est peut-être moins forte dans le secteur culturel et patrimonial. Ceci dit, l’enquête que je mène auprès des bénévoles du carnaval de Nantes, qui font vivre la culture populaire et soutiennent de la reconnaissance de la place des fêtes dans les villages et dans la cité, montre la pertinence des actions des chercheurs et des divers programmes dédiés au patrimoine immatériel. Il confirme également mon engagement dans cette voie professionnelle.

[1] L’UNESCO définit le patrimoine culturel immatériel et les pratiques culturelles immatérielles dans la Convention de l’Unesco de 2003 : traditions et expressions orales ; arts du spectacle ; pratiques sociales, rituels, événements festifs ; connaissances et pratiques liées à la nature et à l’univers ; savoir-faire de l’artisanat traditionnel.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search