Décrire le changement social. Trois questions à Pierre Mettra

Pierre Mettra est docteur en anthropologie de l’EHESS. Il a soutenu en 2021 sa thèse “Le riz et l’argent. Manifestations du changement social dans la Cordillère des Philippines”, préparée au Centre Norbert Elias sous la direction de Giorgio Blundo.

Rizières de la municipalité de Banaue, dans la province philippine d’Ifugao - © Pierre Mettra, 2018.

Rizières de la municipalité de Banaue, dans la province philippine d’Ifugao – © Pierre Mettra, 2018.

Quel est le point de départ de votre sujet de thèse ? Comment avez-vous construit la problématique ?

J’ai commencé à parcourir le chemin de thèse avec quelques idées fixes qui ne m’ont pas quitté durant toutes les années qu’a duré mon doctorat. Tout autour a été chamboulé, renversé, repensé, mais il est resté un cœur théorique solide et assuré ; je voulais parler de l’impermanence, du changement, et je voulais en parler non pas comme une fatalité qui enchaîne les sociétés à un destin culturel tragique, mais comme ce symptôme de la capacité des groupes humains à renouveler leur manière de vivre en commun. Je tenais à observer la manière dont les individus induisent le changement, tentent de l’énoncer et de l’orienter… même s’ils n’y parviennent pas toujours. Je voulais faire l’anthropologie de personnes qui ne font pas que subir l’instabilité du monde, mais qui tentent de créer sans arrêt des moyens de garder la stabilité de leur groupe.
Au fond, je voulais isoler une variété du changement social et en faire une biopsie complète. Je crois que cette thématique du changement m’a inspiré dès le départ parce qu’elle me permettait d’envisager les sciences sociales d’une manière qui me plaisait tout particulièrement. Évidemment, on sait toutes et tous très bien que les choses changent, et ce sujet est richement traité par les sciences sociales, de mille manières. J’avais pourtant le sentiment d’un manque. L’idée du changement nous apparaît peut-être si naturelle qu’on en oublie parfois de l’envisager pour elle-même ? J’avais l’impression qu’il manquait presque toujours, dans la littérature, la description d’un moment fugace, parce que transitoire : ce moment où les individus décident de ne plus faire une chose, mais d’en faire une autre, jusqu’ici inédite. Je voulais décrire finement cet instant-là.
Il fallait trouver la coupe idéale qui permettrait d’observer la mécanique, d’imaginer quelle petite section de cette immense machine qu’est la société Ifugao j’allais disséquer et décrire. La riziculture semblait toute indiquée en Ifugao (il suffit d’effectuer une recherche du lieu sur Internet pour le comprendre) ; mais il fallait que je trouve un angle d’attaque précis. La valorisation économique m’est apparue comme la manifestation la plus explicite de cette capacité des groupes sociaux à renverser des relations qui semblaient immobiles. J’avais mon approche : partir de prémisses générales présentant l’argent comme un moyen par excellence, puis ciseler ce départ théorique en le confrontant à ce qui me semblait être la plus tangible forme d’échange en Ifugao ; d’après ce qu’indiquait le terrain, il s’agissait de ce qu’on appelle la redistribution sociale, c’est-à-dire la répartition codifiée des richesses. Je crois que c’est un sujet qui intéresse tout le monde, le partage des ressources.

Quelles sont les principales thématiques que vous avez abordées ?

Trois thèmes ont été particulièrement important, et je les ai intégrés en trois grandes parties de mon texte. Il y avait d’abord la question des valeurs économiques, de la manière dont elles changent et de ce que ces changements disent des changements dans la manière dont les individus pensent leur propre société. Il y avait ensuite l’importante question du temps, et j’ai donc dédié une deuxième partie à une étude historique de la construction de l’idée de nation philippine, de la colonisation espagnole aux débats contemporains ; et puis, comme je suis un « centre-norbert-éliassien » dans l’âme, pour ainsi dire, j’ai composé une troisième partie qui est une enquête sur le jeu politique local philippin.
Je dois bien avouer que mon texte souffre de quelques lacunes, mais aussi de sacrifices consentis. Un sujet si large exigeait que je concentre un peu mon propos, et rendait inéluctables quelques impasses. La thèse produit tout de même, d’abord, un surplus de connaissances sur les Philippines : connaissances anthropologiques et sociologiques, avec la description de rapports économiques et politiques contemporains, de débats en cours aux Philippines ; connaissances historiques, avec un éclairage nouveau sur la formation de l’état Philippin et la symbolique de sa composition telle qu’elle est énoncée à Manille et dans la Cordillère, au nord du pays. Il faut ajouter à cela une démarche ethnologique inédite aux Philippines, avec un long terrain de près de deux ans.
Les travaux anthropologiques de ces dix dernières années portant sur Ifugao portent l’idée d’un argent opposé à la culture, d’une modernité érigée en menace trop attirante qui sape la sociabilité, d’une marchandisation qui rime avec aseptisation culturelle, à l’opposé de ce que je défends dans mon texte.

Comment envisagez-vous de poursuivre vos recherches ?

Je crois qu’il demeure indispensable de regarder de très près comment chacun, chacune participe à l’orientation de son groupe social. Adopter un regard millénariste et blasé n’aidera certainement pas à bien comprendre les enjeux de ces vastes questions, et c’est là que nos sciences peuvent intervenir, doivent intervenir ; elles permettent d’écarter les fatalismes communs, et de montrer la riche complexité des mondes sociaux. Pour le moment, cette perspective reste donc au cœur de mes ambitions scientifiques.
L’argent est un objet de recherche passionnant, parce qu’il est hyper-chargé de jugements moraux ; on a souvent tendance (et cette tendance imprègne aussi nos disciplines) a le considérer comme anti-social, comme la marque ultime de l’inhumanité, et à ce titre on pourrait se passer d’explication quant à son rôle stupéfiant dans les échanges. Je crois au contraire qu’il faut regarder l’argent avec une grande attention, et tenter de comprendre pourquoi il est le moteur principal, partout, d’inégalités, de violences et de dominations diverses. Et puis il y a la passion, dont je ne me suis jamais départi, pour ce que le temps fait aux personnes et ce que les personnes font du temps. L’histoire coloniale des Philippines est une mine d’or, que j’ai très envie d’exploiter d’une manière ou d’une autre.
J’ai plusieurs chantiers qui visent à assembler tous ces intérêts que la thèse a révélés, ou qui existaient d’ailleurs avant qu’elle soit écrite. Je ne suis pas certain des conditions exactes dans lesquelles je travaillerai à ces plans, mais je veillerai à garder le plaisir de la réflexion, la joie de la subjectivité, la rigueur de la profession et l’honnêteté intellectuelle de la recherche dans tout ce que j’écrirai.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search