Politiques environnementales et conservation de la nature. Trois questions à Cecilia Paradiso

Cecilia Paradiso est docteure en anthropologie de l’EHESS. Elle a soutenu en janvier 2022 sa thèse préparée au Centre Norbert Elias sous la direction de Valeria Siniscalchi : « Un archipel de relations socio-écologiques. Le cas du Parc National de l’archipel de la Maddalena (en Sardaigne). Une analyse anthropologique des politiques environnementales ».

Côte Ouest de l'île de Spargi, septembre 2017 - © Cecilia Paradiso

Côte Ouest de l’île de Spargi, septembre 2017 – © Cecilia Paradiso

Quel est le sujet de votre thèse de doctorat ? Sur quel terrain avez-vous enquêté ? 

Mes travaux portent sur les politiques environnementales avec pour objectif d’observer de quelles manières les contenus et les conséquences des politiques croisent le plus ample spectre des relations humains-environnement. Pour ce faire, j’adopte une perspective anthropologique attentive aux dimensions historiques et processuelles des phénomènes à l’étude. Ma démarche est transdisciplinaire, ce qui me permet de prendre en compte les relations socio-écologiques façonnant les contextes des mes recherches. Je m’intéresse donc aux aspects juridiques et philosophiques des politiques environnementales, ainsi qu’à leur application dans des contextes environnementaux et socio-politiques spécifiques. Ces contextes ne peuvent pas être considérés comme de simples terrains d’application : plutôt, leur écologie, leur histoire, les différents acteurs sociaux qui les animent, participent activement à modeler ces politiques. 

Ma thèse a été écrite à la suite d’un travail de recherche de terrain mené dans et autour du Parc National de l’archipel de la Maddalena en Sardaigne. Je me suis intéressée à l’histoire de ce parc et aux attentes des personnes qui ont œuvré pour sa création. J’ai aussi exploré les écarts qui se creusent entre ces attentes et la vie quotidienne du parc, avec ses projets concrets, ses conflits, ses retards dans la rédaction des plans d’aménagement et dans la réalisation d’un vaste projet d’économie locale respectueuse de l’environnement. J’ai ainsi exploré la manière dont ce projet étatique se réalise, à l’intérieur d’une trame bureaucratique et relationnelle qui brouille toute hiérarchisation ordonnée des échelles institutionnelles et politiques. 

Pour aller plus loin, ma thèse s’ouvre sur un chantier transdisciplinaire autour de l’érosion côtière. Comme tant d’autres littoraux, plusieurs des plages de l’archipel de la Maddalena souffrent d’une perte importante de sable. Intégrer l’étude des interactions sociales qui se produisent autour de ce phénomène avec la prise en compte de la matérialité du sable offre l’opportunité de rentrer en dialogue avec la littérature récente en géologie marine, qui étudie le rôle d’une pluralité d’éléments dans la formation, le maintien et la transformation des espaces littoraux : ces éléments sont des microorganismes aux exosquelettes plus ou moins colorés, les herbiers de posidonie, le granite très dur des flanc rocheux des plages, l’hydrodynamique côtière et les actions humaines. Cette littérature et les scientifiques rencontrés sur le terrain font ressortir les interrelations aux résultats incertains qui caractérisent ces espaces et mettent en garde face à la recherche de solutions simples devant des enjeux complexes.

Quelles sont vos principales conclusions ?

L’observation fine du cas du Parc National de l’archipel de la Maddalena a permis de toucher à la pluralité de voix et de modes de connaissance qui se confrontent dans la prise de décision autour des enjeux environnementaux. Des scientifiques, des entrepreneurs, des acteurs associatifs, des acteurs politiques, des techniciens et – plus largement – des habitants – mettent en avant des entendements et des préoccupations qui sont peu superposables. Dans cette confrontation, l’incertitude qui caractérise les dynamiques socioécologiques et les interactions qui composent la socialité plus qu’humaine peinent à se frayer une place et à devenir un sujet politique à part entière.

Je dirais que cette thèse aide à mieux comprendre le maillage de l’espace politique auquel contribue ce Parc, mais aussi – plus généralement – la typologie contemporaine des institutions de la conservation, c’est-à-dire les parcs de “nouvelle génération”, inspirés par les principes du “développement durable”. Ma thèse montre comment se renforce un domaine discursif dans lequel la poursuite conjointe de la protection de l’environnement et du développement économique est l’horizon de départ de la fabrique politique. Le flou des termes qui caractérise les politiques faisant référence au développement durable et ses corollaires permet la cohabitation d’une pluralité d’acteurs et de points de vue rencontrés sur le terrain. Cependant, dans ce flou se produisent des conflits et s’affirment des approches idéologiques et des pratiques qui privilégient des points de vue anthropocentriques. Cette dynamique ne repose pas seulement sur des habitudes cognitives, mais apparaît plutôt comme une injonction étroitement liée aux processus modernes et capitalistes de valorisation et de dévalorisation des éléments naturels : des processus mentaux, pratiques, politiques et économiques de transformation des éléments en ressources desquelles tirer un profit monétaire.

Que faites-vous aujourd’hui, quelques mois après votre soutenance ?

Je considère la thèse comme le début de mon parcours de recherche. Je me propose donc de poursuivre l’analyse des situations d’impasse auxquelles les politiques environnementales contemporaines sont confrontées, par le biais d’observations qui prennent en compte la documentation historique et s’efforcent de relier la question des regards anthropocentriques, la complexité ethnographique et la critique politico-économique.

Pour le moment, je me consacre à la diffusion de mes travaux. Ma contribution à l’ouvrage Landscape as Heritage: International Critical Perspectives (Ed. by Giacomo Pettenati, Routledge, 2022) vient de paraître : “A vineyard landscape, a UNESCO inscription and a National Park: A historical-anthropological analysis of heritagization and tourism development in the Cinque Terre, Italy”.

J’ai aussi posé les jalons de futurs chantiers de recherche sur l’étude ethnographique des instruments “innovants” de la conservation environnementale, et également sur les espaces littoraux comme espaces d’observation de la complexité des relations socio-écologiques.  

 

Festival des sciences sociales de l’EHESS “Allez Savoir” 2022
Cecilia Paradiso co-organise le “Forum lycéen et citoyen sur les temporalités d’action face aux crises sociales et climatiques”, avec la participations des acteurs associatifs locaux l’Après M et les Minots de Saint-Charles.
– 23 septembre 2022, 14h00-16h30, Cour de la Vieille Charité, Marseille. Entrée libre. Plus d’infos sur le site d’Allez Savoir…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search