La cartographie comme outil de compréhension du phénomène des marchés informels à Libreville.

Journée doctorale de l’EHESS-Marseille,
 D’écrire l’espace, usages de la cartographie en sciences sociales
19 juin 2018, Vieille Charité, 13002 Marseille

 

Edna Gyrelle Tsoungui Moukala
Doctorante – Université de Poitiers, GRESCO

La présente communication s’inscrit dans le cadre des travaux de thèse sur la construction sociale du commerce informel au Gabon, dont l’objet spécifique porte sur l’activité commerciale domestique. Le constat de l’ampleur du phénomène des commerces informels, et l’absence de données de repérage les concernant, nous ont conviés à la mobilisation d’un outil méthodologique généralement admis comme un outil de géographes.  Au-delà de cette acception, nous pensons que la carte peut, dans une certaine mesure, permettre au sociologue de comprendre un phénomène qui ne se livre pas d’emblée à lui. Dans ce cadre précis, l’outil cartographique donne à lire le développement des marchés informels à Libreville au Gabon, à travers la visibilité spatiale qu’elle offre au chercheur. La cartographie permet de lire autrement les logiques sociales qui se trouvent voilées dans le positionnement des commerçants. Aboutir à ces données de repérage, c’est aussi, pour le sociologue, chercher à comprendre les choix d’emplacement des acteurs informels. Dans la logique de l’utilité de la carte en sciences sociales, la question à laquelle nous tentons de répondre est celle de savoir comment l’outil cartographique permet la compréhension du phénomène des marchés anarchiques à Libreville.  Nous y répondrons en nous appuyant sur deux points : premièrement, la carte comme moyen de repérage des espaces marchands informels. Deuxièmement la carte comme outil de compréhension du développement des marchés anarchiques face à la structuration de la ville.

La carte comme outil de repérage des marchés anarchiques

En tant qu’outil qui accompagne la quête de connaissance, la carte donne à lire la création des espaces marchands informels. En effet, suivant les difficultés que les commerçants rencontrent sur le marché public, ils inventent de nouvelles stratégies de production économique. Les problèmes d’aménagement des espaces marchands constituent à certains égards une raison pour laquelle ils créent des espaces informels. Dans la plupart des cas, le non-accès à l’espace public de vente ouvre directement la voie à l’exercice informel ou à l’occupation anarchique de l’espace à titre commercial.  La carte sert ici en tant qu’outil de repérage. Elle permet non seulement de localiser les lieux de développement des marchés anarchiques mais aussi d’en évaluer la concentration par rapport à l’espace urbain global.

Figure 1 : Localisation des marchés par arrondissement1.

Figure 1 : Localisation des marchés par arrondissement

En observant la carte des marchés de Libreville ci-dessus, on s’aperçoit qu’à côté des marchés légaux, se développent des marchés connexes. Ces marchés informels sont plus nombreux que les marchés légaux ou formels (13 marchés anarchiques informels contre 8 marchés formels). Comme le souligne Mouanga Pape Audin (2016), la création de ces marchés anarchiques est liée à la difficulté d’acquérir une place dans les marchés formels.

 La cartographie des marchés permet de voir que les zones les plus étendues comme le premier et le sixième arrondissement de Libreville possèdent plus de marchés anarchiques.  Les zones moins équipées en marchés légaux regorgent davantage d’espaces commerciaux anarchiquement occupés à l’exemple du quatrième et du cinquième arrondissement. Dans le même temps, les marchés légaux sont inégalement répartis dans la ville. On observe par exemples que les deux marchés du premier arrondissement sont situés dans la partie sud alors que la partie nord en est complètement démunie. La figure montre une création progressive des marchés anarchiques vers cette dernière partie. De même, lorsqu’on est dans le troisième arrondissement, le moins peuplé, on s’aperçoit qu’il est borné par deux marchés légaux quand le cinquième arrondissement, qui es le plus grand, n’en possède pas, si ce n’est celui à la lisière entre le 4ème et le 5ème. Il y a, entre autres, deux marchés privés dans le troisième arrondissement alors que cet arrondissement reste réduit par rapport aux autres qui, manifestement, sont plus vastes et plus peuplés.  Le nombre de marchés anarchiques est élevé dans la partie nord de la carte ; les 1er, 2ème et 6ème arrondissements, les plus peuplés, montrent bien que les besoins en espaces marchands s’y font bien plus sentir que dans les 3ème et 4ème.

La création des espaces marchands informels est tout aussi tributaire du déficit d’aménagement des espaces marchands publics. Face à la pénibilité d’accès au marché, l’invention de nouveaux espaces marchands constitue aussi un moyen de combler ce déficit en même temps qu’il est pour les commerçants une forme d’opportunité dont ils se saisissent pour obtenir de l’argent sans être totalement sous contrôle fiscal. Au-delà de cette irrégularité, le repli des activités marchandes à des sphères non-contrôlées permet de jouer un rôle de palliatif face aux manquements de l’Etat. Les activités hors cadre légal ne sont pas à percevoir uniquement du point de vue de la fraude qu’elles génèrent et du non règlement fiscal. Bien au contraire, face à un Etat non pourvoyeur, les stratégies inventées par des populations aussi précaires soient-elles, permettent d’alléger certaines souffrances sociales en même temps qu’elles contribuent à la régulation de la cité.

En outre, la morphologie de la ville renseigne sur la formation des espaces informels. La structuration des infrastructures vue sur carte rend elle-même compte du mouvement des marchands informels. En cela, la cartographie aide à lire le rapport entre structuration urbaine et développement des marchés anarchiques ; c’est le second point abordé ici.

Figure 2- La cartographie pour comprendre le développement des marchés anarchiques face à la structuration urbaine2.

Dans un texte, on peut enrober les questions difficiles par des figures de style, des effets… En revanche, dans les cartes, l’image est sans équivoque, plus radicale. Le cartographe doit prendre des décisions qui détermineront l’interprétation choisie par la carte

Dominique Vidal cité par IFG, (2006)3.

L’utilisation des données cartographiques incombent en effet une prise de position par rapport au fait à analyser. Aussi, dans le cas présent, les cartes que nous analysons mettent en avant l’emplacement des marchés anarchiques face à la structure urbaine. La carte permet dans ce sens de comprendre les modalités d’implantation des marchés anarchiques dans le milieu librevillois.

La morphologie de Libreville présente une différenciation nette entre les différents quartiers, qu’ils soient d’affaires ou d’habitations. Les quartiers précaires, fortement peuplés, sont ceux dans lesquels les habitations sont très enclavées par manque réel de voies routières : les constructions y sont anarchiques et faites en matériaux pour la plus part vieillissants et délabrés (tôles, vieilles planches etc.). La majeure partie des populations résidentes vivent en surnombre au sein de la même habitation (parfois huit personnes dans un logement d’à peine deux pièces) n’obéissant à aucun plan d’urbanisation, et dont les conditions d’existence et d’accès aux besoins primaires sont difficilement satisfaites. Les quartiers résidentiels regorgent d’individus qui ont une certaine aisance financière, sans difficultés majeures à subvenir à leurs besoins. Ces quartiers sont généralement désenclavés, obéissent à un plan cadastral urbanistique et ont des voies de circulation routière assez aménagées. A côté de ceux-ci, les quartiers mixtes accueillent toutes les catégories sociales que l’on soit « riches » ou “pauvres”. Ces quartiers sont à mi-chemin entre les quartiers précaires et les quartiers résidentiels. Ceux que nous avons nommés quartiers d’affaires sont des espaces clairement aménagés pour l’exercice des entreprises. On peut y trouver la majeure partie des entreprises industrielles, les grandes distributions, des sociétés de tout genre. On y trouve aussi quelques grands centres commerciaux. On parle de zone industrielle. Quant au centre-ville, il est d’abord un centre administratif public. C’est là qu’on retrouve la grande part des grandes directions générales publiques et privées, et des ministères. Quelques grandes entreprises y sont aussi implantées.

La carte ci-dessus révèle le déploiement des marchés anarchiques par rapport aux différents champs qui composent la ville.  Aussi, on s’aperçoit premièrement que les marchés légaux sont construits pour la plupart dans les quartiers d’habitats précaires à l’exception du marché de Nzeng-ayong et de celui d’Oloumi, situés respectivement aux abords d’une cité d’habitations planifiées (zone d’habitat mixte) et d’une zone industrielle. Notons néanmoins que le marché d’Oloumi est périphérique à la zone industrielle, et encadré par trois quartiers d’habitats mixtes et une zone maritime de pêche qui constitue d’ailleurs le point d’approvisionnement des commerçants en sardines et poissons à commercialiser.

La carte donne à lire aussi le rapport entre le positionnement du marché légal et celui anarchique. En effet, la plupart des marchés anarchiques ne s’éloigne pas des marchés légaux. Ils sont même pour certains directement reliés au marché légal comme on peut le voir avec les marchés présents à Ambowè dans les Charbonnages, à Mont-bouet, à Nkembo et à Nzeng-ayong. Certains espaces marchands anarchiques semblent fortement dépendants des marchés légaux. On voit clairement à travers la carte que les lieux de concentration des marchés légaux sont en même temps les lieux de concentration des marchés anarchiques. Lorsque ces derniers ne sont pas directement présents à l’intérieur du marché officiel, soit ils jonchent les abords de la construction qui sert de marché, soit ils se tiennent dans les carrefours périphériques du marché comme on peut le voir dans la photographie suivante. Cette image montre comment les commerçants se déploient de façon anarchique en dehors du seul bâtiment construit officiellement comme marché ; renvoyant ainsi une totale confusion entre l’espace marchand légal et l’espace marchand informel. L’espace marchand officiel est uniquement le bâtiment encadré en vert alors que tous les autres commerces sont informels.

Figure 3- Configuration quotidienne du marché Mont-bouet et création d’espace commercial anarchique4.

La carte permet aussi de percevoir l’ampleur du phénomène étudié et sa capacité à prendre le dessus sur l’édifice public.

Figure 4- Vue sur les marchés anarchique dans la zone du marché officiel de Mont-Bouet

Comme on peut le voir sur la figure ci-dessus (FIG.4), les marchés anarchiques sont plus étendus que les marchés officiels car ils s’étendent de l’espace commercial officiel aux quartiers environnants qui sont, pour la plupart, des quartiers populaires. Le marché officiel reste donc le point culminant par lequel se développe une grande part des marchés anarchiques. Fort de cela, la présence des marchés officiels majoritairement dans les quartiers d’habitat précaire peut être un facteur explicatif de l’existence en grand nombre des marchés anarchiques dans ces mêmes quartiers. Cela contribue ainsi à une certaine mise en relation du marché avec les quartiers populaires qui semblent être perçus comme un cadre adéquat pour héberger ce type de structure.

La concentration des marchés dans les quartiers populaires révèle d’autres phénomènes sociaux comme ceux de mise à l’écart des populations précaires car les marchés présents à ces endroits ne bénéficient pas d’une grande attention de la classe dirigeante. De même, le développement des marchés anarchiques ne semble pas autant poser problème pour les politiques dont les solutions sont moins envisagées avec vivacité.

Il y a bien aussi cette distinction à Libreville. Les “pauvres” et les personnes de statut mixte font le plus souvent leurs courses au marché pendant que les « riches » les font dans les centres commerciaux situés en zone industrielle, en centre-ville, ou dans les quartiers huppés. Aussi, la cartographie permet de voir la manifestation d’autres phénomènes comme la mise à la marge des couches sociales précaires et le classement des infrastructures publiques suivant les catégorisations opérées au sein de la population.

Pour finir, la cartographie permet de lire les déficits structurels au sein de la ville. On remarque que l’ensemble des marchés étant concentrés presque au même endroit, les autres quartiers de Libreville ne sont pas approvisionnés. Les populations des quartiers sans marché, dont la plupart sont en condition de précarité, sont contraintes de faire le déplacement constant pour les marchés, bien qu’elles soient continuellement confrontées aux difficultés de transport par l’enclavement de leur quartier et le manque de moyens de locomotion. Ceci pourrait d’ailleurs être l’un des facteurs explicatifs de la création des activités commerciales domestiques.

En somme, l’outil cartographique reste un élément assez utile mais non indispensable dans la description et dans la compréhension des phénomènes sociaux divers. L’utilisation de la carte dans l’analyse du phénomène des marchés anarchiques permet de voir l’ampleur du phénomène ainsi que sa situation dans l’espace urbain. Elle contribue à la perception des catégorisations sociales qui s’opèrent au sein de la population et de la marginalité voilée dans la répartition des infrastructures publiques. La carte rend visible un déficit problématique et la compréhension de l’émergence des phénomènes sociaux tels que la prolifération des activités commerciales domestiques dites informelles.

La carte, et sa conception, possèdent à la fois une valeur pratique se situer, connaître son itinéraire, localiser des espaces, des lieux ou comprendre spatialement des événements de divers.

La carte ne serait plus un simple objet, mais un instrument qui permet d’affirmer (ou d’infirmer) certaines choses (la maîtrise d’un territoire par exemple). Ni la carte, ni la cartographie ne sont donc, en tant qu’instrument et processus, neutres. En réalité, la carte seule, comme objet inerte, l’est. C’est son usage, voire son utilisateur, qui la transforme en instrument à vocation multiple (revendication, connaissance, etc.).

 Magali Nonjon et Romain Liagre, (2012).

Bibliographie :

Ferdinand Allogho Nkoghe (2013), Libreville, La ville et sa région 50 ans après Guy Lassere, enjeux et perspectives d’une ville en mutation, Connaissances et Savoirs Eds.

Flavie Holzinger (2006), « La carte, outil d’analyse ou de manipulation »,  http://www.geopolitique.net/fr/la-carte-outil-danalyse-ou-de-manipulation-3/, mis en ligne le 16 novembre 2006.

Morgane Labbé, (2007), « Les usages diplomatiques des cartes ethnographiques de l’Europe centrale et orientale au 19ème siècle », Genèses, 68-3, pp. 25-47.

Ministère du commerce des petites et moyennes entreprises, de l’artisanat et du développement des services (2014), Arrêté modifiant l’arrêté n0000028 portant réglementation de l’exercice des « petits commerces » en république gabonaise.

Magali Nonjon et Romain Liagre, (2012), « Une cartographie participative est-elle possible ? », EspacesTemps.net, Travaux.

Brice Navereau, (2011), Le commerce alimentaire de proximité dans le centre-ville des grandes agglomérations : l’exemple de Toulouse et de Saragosse, thèse de doctorat, Université Toulouse le Mirail – Toulouse II.

Mouanga Pape Audin, (2016), La localisation des marchés communaux à Libreville et l’étude de leurs impacts spatiaux, mémoire de master, Université Omar Bongo.

Olivier Pissoat et Vincent Gouëset, (2001), « La représentation cartographique de la violence dans les sciences sociales colombiennes », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 38, mis en ligne le 05 août 2017.

  1. Source : A. MOUANGA PAPE, La localisation des marchés communaux de Libreville et l’étude de leurs impacts spatiaux, mémoire de Master, Département de Géographie, UOB, 2016. []
  2. Source : La carte a été manuellement dessinée à partir de données d’enquête et du format relief de Libreville présent sur Google Maps. []
  3. http://www.geopolitique.net/fr/la-carte-outil-danalyse-ou-de-manipulation-3/, « La carte, outil d’analyse ou de manipulation », Novembre 2006, consulté le 15 Mai 2019. []
  4. Source : enquête de terrain 2014 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search