Supermarchés et transformations économico-sociales dans les Balkans. Trois questions à Milana Čergić

Milana Čergić est docteure en anthropologie de l’EHESS et du Max Planck Institute for Social Anthropology (Allemagne). Elle a soutenu en juin 2022 sa thèse préparée sous la direction de Boris Pétric et Kirsten Endres : “Une ville de supermarchés. Une ethnographie du commerce de détail en Bosnie-Herzégovine”. Milana Čergić est actuellement en contrat postdoctoral à l’Université de Mayence, dans l’équipe du projet “ReDigIm” (Redistributive Imaginaries in the Digital Age) sous la coordination de Čarna Brković. Ses travaux portent sur l’analyse des imaginaires de la “redistribution” (étatique, philanthropique, etc.) au Monténégro.

Votre longue enquête ethnographique menée en Bosnie-Herzégovine est consacrée à la naissance de supermarchés. Pourriez-vous revenir sur cette expérience de terrain dans un ancien pays socialiste, qui est passé subitement à l’économie de marché pendant la décomposition de la Fédération yougoslave et une guerre civile meurtrière ?

Je me suis effectivement intéressée aux transformations sociales et économiques dans les Balkans en partant de l’observation très concrète de la naissance d’une chaîne de supermarché en Bosnie-Herzégovine. Ma thèse porte sur une ethnographie des magasins Bingo, une chaîne de supermarché fondée en 1993, pendant la guerre, et qui est devenue en très peu de temps la plus grande entreprise de vente de détail de ce pays. J’y questionne le rôle que joue cette entreprise pour les citoyens de la ville de Tuzla. Bingo est devenu le principal employeur et j’ai voulu comprendre comment se positionnent les citoyens ordinaires par rapport à la nouvelle économie de services qui domine la ville aujourd’hui. Plus largement, ma recherche aborde les imaginaires du pouvoir économique, les formes de dépossession et d’exploitation, ainsi que les négociations pour maintenir une forme de “stabilité” dans un ordre social chahuté, un environnement politique corrompu et une économie volatile.

Quels sont les principaux résultats de votre travail ?

Pendant mon terrain de recherche, j’ai pu analyser l’influence de cette entreprise sous différents angles, notamment le rôle que Bingo joue en tant qu’acteur social dans la vie des employés. Pour mes interlocuteurs, l’entreprise était souvent plus importante que l’Etat, souvent considéré comme absent ou illisible par les Bosniens. Même si les employés sont souvent exploités et travaillent pour des salaires très bas, ils ont développé des stratégies pour garantir une certaine stabilité dans leur vie professionnelle. Ils développent ainsi des liens avec les équipes de management, encore renforcés par l’absence de syndicats. Ces relations leur garantissent, même si elles sont arbitraires et individuelles, de meilleures conditions socio-économiques. Il faut bien comprendre que ce pays s’est vidé de ses forces vives parties le plus souvent en Allemagne pour un avenir meilleur. Dans le contexte d’une société bouleversée par la guerre et la migration, Bingo joue, pour ceux qui restent, un rôle central proche de celui d’une “sécurité sociale” et génère aussi des situations de clientélisme.

En quoi votre travail permet de mieux analyser l’émergence d’une économie de marché sur les cendres de l’économie planifiée yougoslave?

Mon travail développe de nouvelles perspectives pour comprendre le succès de la grande distribution dans les Balkans post-socialistes et ouvre des voies de réflexion sur cette économie de services. J’aborde notamment les nouvelles formes de salariat, les différenciations sociales, les effets d’une migration massive ou encore les conséquences de l’apparition brutale d’une consommation qui repose de marchandises venant en grande partie de l’étranger. Mon étude de cas apporte aussi un éclairage sur l’évolution des sociétés post-socialistes où l’économie de marché évolue vers des formes de monopoles détenus par quelques nouveaux riches qui sont souvent des acteurs à la fois économiques, sociaux et politiques.
Il serait tout à fait intéressant de poursuivre l’analyse en prenant en compte l’arrivée planifiée en Bosnie, de grands groupes de distributions européens comme Lidl. Cette nouvelle concurrence accentue encore l’afflux de marchandises importées dans une société qui ne produit presque plus rien. Elle bouleverse aussi le poids économique de Bingo ainsi que le pouvoir d’influence politique de ses dirigeants.

Propos recueillis par Boris Pétric (Centre Norbert Elias/CNRS) et Lisa George (Centre Norbert Elias/CNRS).

Image : Yogurts in a Sarajevo supermarket, 2020 – Esad Hajdarevic (CC BY 2.0)



Citer ce billet
Admin (2023, 15 mai). Supermarchés et transformations économico-sociales dans les Balkans. Trois questions à Milana Čergić. Centre Norbert Elias. Le blog des chercheur·es. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mzq0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search