Questions migratoires et cohabitation culturelle en débat. Trois questions à Johanne Samè

Johanne Samè est docteure en sciences de l’information et de la communication d’Aix-Marseille Université. Elle a soutenu en 2021 sa thèse préparée au Centre Norbert Elias sous la direction de Brigitte Juanals intitulée : Une approche communicationnelle des enjeux sociopolitiques de la “cohabitation culturelle“. Société civile et espaces publics. Depuis septembre 2022, elle est attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université de Lorraine, membre du Centre de Recherche sur les Médiations (CREM). Elle enseigne l’expression, la communication et la culture aux étudiants de l’IUT de Metz.

Image : Campagne de mobilisation #ChuteDeDroits de la Cimade en réaction au projet de loi “Asile et immigration” (février 2018) - © La Cimade

Pendant quatre ans, vous avez mené une enquête auprès de la Cimade, une ONG française qui se consacre à l’accueil des personnes migrantes, exilées et réfugiées. Comment votre sujet de thèse, qui porte sur les phénomènes migratoires en tant qu’objet de débats de société, s’appuie sur cette expérience ?

Mon sujet de recherche porte sur les phénomènes migratoires, objets de divers débats et controverses dans les espaces publics contemporains. Un sujet presque aussi vieux que le monde qui pourtant, éveille autant de passion que de haine pour finalement devenir un enjeu de communication publique et politique. La mondialisation, et donc l’ouverture des frontières physiques comme numériques, interrogent nouvellement notre rapport à l’autre. La plupart des auteurs qui se sont intéressés à la cohabitation culturelle ont porté leur attention sur son aspect macrosocial questionnant le devenir de l’Europe et de la citoyenneté européenne. Je propose d’aborder cette notion en son sens microsocial afin de contribuer au renouvellement des questions que posent les enjeux liés à la cohabitation culturelle. La société civile est à cet égard, me semble-t-il, au cœur de ces nouveaux enjeux. En effet, l’approche de cette notion dans son sens le plus lointain s’appuie sur des fondements philosophiques qui démontrent que l’Etat est souvent perçu comme étant en opposition avec les gouvernés, faisant de l’humanitaire un défi pour la démocratie. La société civile peut ainsi être envisagée comme une alternative qui permet aux différents acteurs du peuple de faire émerger un lien social, au sein d’espaces publics contemporains où peuvent circuler des points de vue sur la vie publique et la vie politique, dans l’objectif de valoriser des intérêts communs.

C’est dans ce contexte que le milieu associatif m’est apparu comme un terrain d’enquête adéquat et que j’ai choisi de m’appuyer sur le cas de l’association la Cimade d’Aix-en-Provence, ville située en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, « terre d’immigration depuis l’Antiquité ». La Cimade œuvre depuis 1939 pour la défense des droits des personnes migrantes, réfugiées, exilées. Elle est, comme elle l’affirme, la seule ONG française spécialisée sur l’ensemble des thématiques de l’immigration. J’ai donc abordé la question autour des stratégies de communication, du répertoire d’action et des répertoires médiatiques de cette association humanitaire, sujet qui n’a jamais été traité au sein des sciences de l’information et de la communication. Pour ce faire, je me suis intéressée, dans une démarche ethnographique, au discours associatif de la Cimade à destination de différentes cibles : le jeune public, les élus politiques locaux et les acteurs associatifs de la Cimade. J’ai privilégié les méthodes qualitatives, car il me semble que pour rendre compte du monde qui nous entoure et des liens sociaux qui se tissent entre les individus, il faut l’observer, le questionner, s’en imprégner afin de mieux l’analyser. Ainsi, j’ai établi un dialogue entre mes notes de terrain issues de quatre années d’observation participante, la parole des enquêtés qui apparaît dans les entretiens semi-dirigés à visée compréhensive et l’analyse de discours couplée à l’analyse de contenu. Mon objectif était de montrer comment ses différentes méthodes peuvent être articulées de manière fluide, ce qui permet une meilleure compréhension de tous les enjeux liés aux pratiques communicationnelles militantes autour des thématiques qu’englobent les migrations.

Quelles sont vos principales conclusions ?

Mon travail de recherche est singulier en ce sens qu’il aborde des notions telles que le lobbying associatif et le témoignage dans ses formes diverses et variées en tant qu’outils de communication forts de ces associations. Il permet également d’avancer sur les questionnements, autour des trois thématiques principales suivantes : les enjeux contemporains de la cohabitation culturelle, l’apolitisation faussée des ONG, ainsi que la politisation du religieux. 

Les enjeux contemporains de la cohabitation culturelle sont pluriels. Notamment, car sa définition originelle implique une communication établie entre des individus de cultures différentes. Les notions d’espace et de temps se rétrécissent, on assiste à une accélération du progrès technique des nouvelles technologies de l’information et de la communication, tout va très vite : la circulation de l’information, la circulation des personnes en particulier les phénomènes migratoires, mais aujourd’hui, on se rend compte, du moins en France, que la mondialisation n’a pas forcément favorisé une meilleure compréhension de l’autre. La cohabitation culturelle est une notion complexe, car si elle est fondée dans sa définition sur la communication, les chercheurs en SIC ont démontré ces dernières années qu’en elle réside l’incommunication. C’est-à-dire que même si l’on communique avec l’autre, il est possible qu’on ne se comprenne pas, ce qui est normal, car nous avons chacun une vision du monde différente, un bagage culturel, des a priori etc. En ce sens, les bénévoles de la Cimade considèrent que l’expérience vécue au sein de l’association peut être une manière de s’interroger sur le sens que l’on donne à son existence, lorsque l’on cohabite au sein d’un même espace public interculturel : que va m’apporter l’autre ? Est-il judicieux d’entrer en communication avec lui ? Car l’autre pourrait apporter une richesse culturelle ou au contraire provoquer une mise en retrait face au choc de la différence. En outre, la cohabitation culturelle impliquerait lorsque la communication et a fortiori l’incommunication sont appréhendées, le respect des identités des personnes lors des situations d’interculturalité. Lorsque c’est l’inverse qui se produit et qu’il y a stigmatisation, les groupes stigmatisés peuvent se créer une identité marginale, qu’on appelle « le retournement du stigmate ». Ils s’inscrivent dans une lutte sociale, politique et culturelle dans l’objectif d’apparaître dans les espaces publics en s’appropriant le stigmate pour le rendre éphémère. Mon enquête de terrain a montré que la société civile pouvait s’emparer de cette stratégie pour communiquer dans les espaces publics sur les conditions des personnes migrantes, notamment au travers de l’art, de manière à combattre les violences symboliques et les violences de sens.

Je démontre également que l’apolitisation voulue par les ONG se révèle faussée par leur volonté de travailler de manière plus rapprochée avec les élus politiques. La cohabitation culturelle est un enjeu politique, il semble donc normal que des liens s’établissent entre les élus politiques et la société civile. Les associations effectuent des actions de communication qui s’inscrivent dans la sphère politique. J’ai pu faire le constat au niveau local, qu’elles constituent des groupes de « plaidoyer » qui regroupent plusieurs associations. De cette manière, les discours associatifs, les rapports d’observation ainsi que leurs échanges avec les décideurs peuvent avoir une incidence concrète sur les discours des élus, leur engagement et leur prise de position au sein des espaces politiques concernant les enjeux juridiques, politiques, sociaux et économiques qui découlent des mouvements migratoires. Pour évoquer un exemple récent, le 2 décembre 2021 avait lieu à l’Assemblée nationale un séminaire intitulé : « Migrations : d’une commission d’enquête à des politiques respectueuses des droits fondamentaux »  qui était co-organisé par la Cimade, Amnesty International France, Médecins du monde, Médecins sans frontières et le Secours Catholique-Caritas France. On y voit des interactions symboliques entre les parlementaires et la société civile. C’est également une manière pour les ONG de médiatiser les causes qu’elles défendent.  

Enfin, la politisation du religieux est questionnée par les liens existants entre la Cimade, association laïque, certaines associations religieuses et leur lien avec les politiques. De nouvelles questions émergent lorsque la spiritualité et les croyances refont surface au sein d’une association prônant la laïcité, qui semble finalement liée de près à ses origines d’obédience religieuse.

Quelle est votre dernière actualité en lien avec vos travaux de recherche ?

Je viens d’achever une contribution à un ouvrage collectif dirigé par Pascale Laborderie (Université de Reims Champagne-Ardenne) et Dounia Mimouni (Université Oran 2) intitulé Images de migrants – Éducation, médiation et réception audiovisuelle (voir l’appel à contributions). L’objet de l’article est de montrer de quelle manière la Cimade sensibilise le jeune public aux questions migratoires en utilisant le film documentaire comme support de médiation interculturelle. Pour ce faire, je m’appuie sur mes notes de terrain, les observations menées lors d’interventions scolaires, et l’analyse des entretiens compréhensifs effectués durant mon enquête ethnographique auprès des militants de la Cimade Aix-en-Provence. L’ouvrage est à paraître aux éditions L’Harmattan en 2023.

Propos recueillis par Lisa George (Centre Norbert Elias/CNRS).
La thèse de Johanne Samè est en accès libre au format PDF sur HAL-SHS : https://hal.science/tel-03770352v1

Image : Campagne de mobilisation #ChuteDeDroits de la Cimade en réaction au projet de loi “Asile et immigration”, février 2018 (https://www.lacimade.org/chute-de-droits) – © La Cimade  



Citer ce billet
Admin (2023, 6 mars). Questions migratoires et cohabitation culturelle en débat. Trois questions à Johanne Samè. Centre Norbert Elias. Le blog des chercheur·es. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mzpy

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search