Le paysage historique urbain de Tunis au prisme du numérique participatif. Trois questions à Khaoula Stiti

Khaoula Stiti est architecte diplômée de l’École Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis (2016). Elle prépare actuellement une thèse de doctorat en art de bâtir et en urbanisme à l’École polytechnique de l’Université libre de Bruxelles (ULB) sous la direction de Samia Ben Rajeb (ULB) et de Leila Ammar (Université de Carthage, Tunisie). Son travail porte sur le rôle des plateformes numériques participatives dans la prise de conscience de patrimoine en tant que première étape du processus de patrimonialisation. Son séjour de six mois au Centre Norbert Elias à Avignon s’est achevé cet été.

La participation publique et les technologies numériques sont au cœur des enjeux actuels de transformation de la société. Comment entrent-ils en jeu dans les processus de patrimonialisation qui font l’objet de vos travaux de recherche à Tunis ?

Au cours des dernières années, la participation via des plateformes en ligne est devenue un élément essentiel dans la prise de conscience et la valorisation des sites patrimoniaux. En effet, le concept du numérique participatif repose sur la mise à disposition de plateformes et de services permettant aux internautes non seulement de consulter des informations, mais aussi de contribuer au développement, à la classification, à la collaboration, à la distribution de contenu et à la personnalisation des contenus des sites et des applications mobiles.

À l’échelle mondiale, tout comme en Tunisie, les transformations sociétales engendrées par le numérique ont également eu un impact significatif sur le patrimoine, qu’il soit tangible ou intangible. En Tunisie, les plateformes numériques jouent un rôle essentiel dans le quotidien de ses utilisateurs, notamment dans l’ère post-révolutionnaire. Cette dynamique numérique met en évidence l’importance d’étudier les pratiques participatives du patrimoine culturel. C’est dans ce contexte que ma recherche se focalise sur la ville de Tunis et son patrimoine colonial. Malgré son adjacence à la Médina de Tunis, un site classé au patrimoine mondial de l’Humanité, le patrimoine datant des 19e et 2e siècles est confronté à un risque de péril, voire de disparition.

Ma recherche doctorale offre différentes évaluations sur la manière dont le numérique participatif peut contribuer à prendre conscience et valoriser le patrimoine culturel, en particulier celui en péril. J’espère qu’elle stimulera davantage de recherches dans ce domaine en Tunisie et dans le Global South. En permettant une meilleure compréhension de certains mécanismes du participatif numérique et des enjeux liés à la prise de conscience du patrimoine, les chercheurs et les praticiens du patrimoine pourront œuvrer collectivement à sa préservation pour les générations futures.

Pour aborder cette problématique et mettre en évidence les différents enjeux liés au recours aux plateformes numériques participatives sur un site en péril, j’ai établi un cadre théorique présentant les concepts clés tels que la participation, le numérique et la patrimonialisation. Par la suite, j’ai utilisé des techniques de recherche mixtes pour collecter des données pertinentes de mon terrain de recherche. Les données ont été obtenues par le biais d’entretiens semi-dirigés que j’ai menés auprès des habitants de ma zone d’étude, ainsi que par le biais de groupes de discussion que j’ai organisés avec des experts. Dans un premier temps, l’objectif est d’évaluer le potentiel de la participation numérique dans la valorisation du patrimoine par les deux groupes, à savoir les habitants et les experts. Dans un deuxième temps, l’objectif est d’examiner l’acceptabilité et l’utilisabilité des plateformes numériques participatives, ainsi que leur rôle dans la prise de conscience du patrimoine et l’initiation d’un processus de patrimonialisation. En parallèle, l’analyse de ces données a permis d’identifier plusieurs enjeux cruciaux liés à l’utilisation des plateformes participatives dans le contexte du patrimoine en péril de Tunis, notamment les questions d’intérêt et de crédibilité de l’information, ainsi que la place du patrimoine intangible dans les paysages historiques.

Mon travail a été réalisé en adoptant une posture d’architecte, en étudiant le terrain et son patrimoine colonial, et d’ingénieur, étant donné que je réalise ma thèse de doctorat dans une école d’ingénieur, l’École polytechnique de Bruxelles, en analysant les pratiques participatives et les médiations numériques, ainsi que leurs imbrications. Ces postures complémentaires m’ont permis d’aborder la problématique sous différents angles.

Vous avez été accueilli pendant six mois au Centre Norbert Elias à Avignon Université. Comment ce séjour s’est inscrit dans le cheminement de vos recherches ?

Au cours de mon séjour au Centre Norbert Elias à Avignon Université, j’ai eu l’opportunité de découvrir l’apport des Sciences de l’Information et de la Communication ainsi que de la muséologie. Cette expérience m’a ouvert les yeux sur la manière dont les chercheurs dans ces deux disciplines perçoivent la participation et son rapport avec le numérique, à travers différents projets tels que CO-NUM (Réflexions partagées sur la conception numérique) et PHPAT (Perceptions d’un haut lieu de patrimoine : expérimentations méthodologiques à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon). J’ai ainsi pu bénéficier d’une perspective plus large et holistique sur les enjeux liés aux sites patrimoniaux et d’approfondir ma compréhension des différentes approches et pratiques en matière de valorisation du patrimoine culturel.

Intégrer les approches SIC (Sciences de l’Information et de la Communication) et muséologiques dans mon travail enrichit grandement mes analyses et mes recommandations, en m’aidant à considérer des aspects importants tels que l’expérience du visiteur et la création de liens entre le patrimoine et le public. C’est dans ce contexte que je prépare, en collaboration avec Lise Renaud, une intervention pour la conférence pluridisciplinaire “Life Narrative and the Digital 2023” (Vienne, 26-27 septembre 2023) où nous  aborderons, à travers le cas d’étude du groupe Facebook, la question des réseaux sociaux dans la prise de conscience du patrimoine en Tunisie. 

J’espère avoir l’opportunité de poursuivre la collaboration avec les chercheurs du Centre Norbert Elias, notamment avec Lise autour de projets portant sur la communication et valorisation patrimoniales ainsi que sur les écritures numériques et les approches critiques du numérique. Au-delà de mon sujet de recherche doctorale, mes travaux rejoignent aussi d’autres thématiques du Centre Norbert Elias telles que le postcolonialisme et décolonialisme, les migrations, les liens sud-nord et les mouvements féminins et féministes en architecture et urbanisme.

Le sujet de vos recherches implique que le patrimoine architectural tunisois et tunisien est susceptible d’intéresser un large public. Quelles ressources numériques recommandez-vous aux personnes qui souhaiteraient en savoir plus ?

Il existe de nombreuses ressources dynamiques et interactives sur les réseaux sociaux. Je vous recommande  le groupe Facebook Winou El Patrimoine ? (en tunisien Où est le patrimoine ?). Créé en 2015, il rassemble aujourd’hui plus de 19 000 membres passionnés par le patrimoine bâti.
> https://www.facebook.com/groups/691528380979134

Adossé à ce groupe, le site web Observatoire Collaboratif du Patrimoine, développé par l’association Édifices et Mémoires, offre un riche contenu (géolocalisation, documentation historique, données architecturales, légendes locales, etc.), avec pour objectif d’alerter sur les modifications ou les démolitions subis par les édifices.
> http://www.edifices-et-memoires.com

La page Facebook Lost in Tunis propose également des photos qui mettent en avant des aspects méconnus du patrimoine architectural de la ville de Tunis.
>
https://www.facebook.com/LostinTunis

Propos recueillis par Lisa George (CNE/CNRS).

Image dans l’article : Une villa coloniale parmi les derniers bâtiments du début de 20e siècle qui échappent à la destruction dans le centre-ville de Tunis. Octobre 2022 – © Khaoula Stiti.
Image en page d’accueil : Place de Barcelone, Tunis. Décembre 2022 – © Khaoula Stiti.



Citer ce billet
Admin (2023, 30 août). Le paysage historique urbain de Tunis au prisme du numérique participatif. Trois questions à Khaoula Stiti. Centre Norbert Elias. Le blog des chercheur·es. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mzq1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search