Se représenter l’espace d’hier à aujourd’hui. Quel intérêt de la carte en sciences humaines et sociales ?

Journée doctorale de l’EHESS-Marseille,
D’écrire l’espace, usages de la cartographie en sciences sociales
19 juin 2018, Vieille Charité, 13002 Marseille

Marie-Alix Molinié-Andlauer
Doctorante en géographie, Sorbonne université, ENeC – UMR 8185

Le titre “Décrire l’espace” fait référence à l’identité et la nomination même de la discipline géographique ; geo-graphia. En latin, la géographie signifie écrire la Terre, ou écrire l’espace. De ce fait, cette description fut longtemps associée aux mots et dessins (peintures, esquisses, aquarelles) que l’on retrouvait dans les carnets de voyages des explorateurs dans le but de rendre compte de l’expédition et du voyage réalisés. Ces manières de retranscrire la Terre sont autant de “représentations” de l’espace (Bailly, 1985 ; Rosemberg, 2003 ; Di Méo, 2008) accessibles à l’ensemble des individus et qui permettent d’appréhender la relation homme-environnement. En effet, ces représentations proposent des réflexions sur l’organisation et la manière dont les espaces ont été et sont façonnés. Ce sont autant des représentations visuelles (peintures, photographies, croquis), que discursives (mythes, discours, contes) qui permettent d’envisager l’espace mais aussi de comprendre son histoire et son évolution. Ainsi, les représentations en tant que telles ont su alimenter la discipline géographique, notamment par le biais d’une méthode à laquelle on l’associe particulièrement : la cartographie.

En utilisant la cartographie comme représentation de ces espaces découverts, les explorateurs proposaient alors une forme de synthèse, entre mots et figurations, qui rendait l’exploration scientifique et extraordinaire. De l’observation découlait ces transcriptions picturales et discursives, qui aujourd’hui encore sont affectionnées par les géographes pour comprendre comment est structuré le territoire (acteurs, flux, dynamiques).

De ce fait, la cartographie a permis de transcrire de manière lisible ce qui fut observé sur le terrain à une échelle donnée ; un paysage vu à un ou plusieurs moments et qui peut être esquissé, capturé, telle une photographie ou une peinture. En effet, cet outil est un moyen d’écrire, de décrire et de condenser sur une seule représentation des temporalités multiples, des évolutions voire même des stagnations observables. L’art de fabriquer une carte cherche à concilier deux processus, une représentation subjective et une appropriation d’un espace donné ; car la cartographie est un outil qui propose de voir, de constater, de dire le monde pratiqué, telles que les cultures l’envisagent, tels que les paysages sont façonnés ou encore tels que les flux et dynamiques sillonnent les territoires. De plus, la carte propose une explication de l’occupation du territoire par les individus et de comprendre différents enjeux (géostratégiques, culturels, sociaux, historiques). Ce sont des médiums qui transposent, sur le papier, différentes actions en lien avec l’espace, le territoire et les lieux. Ainsi, cet article se veut être davantage une réflexion sur la cartographie et s’articulera en deux parties ; tout d’abord une partie sur l’historique de la cartographie, des origines à la géographie, puis, dans un second temps, une interrogation sur l’intérêt de mobiliser cet outil aujourd’hui.

Des grandes découvertes et la nécessaire représentation de l’Autre à la géographie

Incarnant une discipline transdisciplinaire par excellence, le géographe était l’un des personnages principaux à participer aux Grandes découvertes en partance de l’Europe du XVème siècle vers les régions lointaines, dont l’Asie et les Amériques. Leur objectif était de comprendre le Monde pour voir si de nouvelles contrées existaient dans un objectif de conquête. En effet, à cette époque, l’enjeu politique des découvertes fut associé à la géographie afin de promouvoir la force et la grandeur des empires. Par le biais des cartes, cela donnait un poids légitime à poursuivre ces découvertes, à montrer l’évolution du territoire et à le nommer en tant que tel ; l’espace approprié devient territoire, et la carte devient alors un outil de propagande, de démonstration d’un empire pour la population. Un des exemples les plus probants demeurent celui du naturaliste allemand, Alexander Von Humboldt (1769-1859) qui, par ses excursions, a retranscrit les lieux découverts. Les paysages d’Amérique du Sud et d’Inde sont alors dessinés dans le but de transmettre cette connaissance du voyage/conquête. Ses dessins représentaient des alentours nouveaux et différents du continent européen ; il cartographiait, ainsi, un espace autre qu’européen1. Ces représentations ont permis de faire des comparaisons sur des éléments naturels préexistants et réfléchir à l’élaboration d’un commerce (flux) entre ces nouveaux territoires. Sur un autre continent, l’Asie, le constat est le même car la carte est utilisée pour montrer les avancées des empires sur d’autres territoires. Dans l’exposition proposée par le Musée des Arts Asiatiques Guimet à Paris, Le monde vu d’Asie, de nombreuses représentations picturales, cartographiques, plans de villes et autres sont exposés. Tout comme les Européens, les différentes dynasties asiatiques cartographiaient pour montrer l’étendue de leur empire, relataient les expériences de voyages vécus ou encore imaginaient les contrées lointaines en fonction des apparences des colons anglais ou français.

Ainsi, à partir de l’approche naturaliste et romantique de l’espace par les cartographies du XVIIIème-XIXème siècle, la carte est devenue un outil d’appartenance du territoire, un véritable outil géopolitique matérialisant les frontières entre les espaces appropriés. S’appuyant sur les méthodes normées, la carte peut donc, par son adaptabilité, reprendre des discours politiques dans l’optique de défendre d’abord les volontés politiques des empires, Etats, territoires, puis dans une moindre mesure, défendre les arguments de l’auteur, en étant hiérarchisée et organisée par des items de couleurs et d’autres figurés. La carte s’apparente, donc, à un matériel tactique servant la “géographie qui sert d’abord à faire la guerre” (Lacoste, 1978).

En France, durant le XXème siècle, l’étude de monographies régionales (Vidal de la Blache, 1903 ; Demangeon, 1905) prédomine ; ils cherchent à allier sur un territoire défini, géographie physique (fleuves, massifs, éléments naturels qui font d’une région sa spécificité) et géographie humaine (lieux, populations, votes, démographie, flux). Le principe de “genre de vie” (Vidal de la Blache, 1911) peut alors être exposé et la carte devient un outil légitimant la démonstration scientifique, par la possibilité de mettre en dialogue sur une représentation différentes couches successives de temps et occupation de l’espace en deux dimensions. L’enjeu de la carte est de rendre accessible et de transcrire des faits de manière visuelle, non pas un état ponctuel fixe, mais de tendre vers une approche picturale complexe dans laquelle temps et individus coexistent sans forcément se confronter dans la réalité et permettre de corréler le triptyque espace-temps-structuration.

Dès lors, son utilisation s’inscrit dans une étude spatiale pour comprendre l’organisation d’un espace, et met en avant des dynamiques – ou non dynamiques – d’un espace (flux, évolution) ainsi que l’occupation/appropriation (voire non-appropriation) des espaces. La cartographie propose alors un prisme de lecture grâce aux normes cartographiques rendant celle-ci accessible et lisible par tous et à différentes échelles. À partir de ce postulat orienté ainsi que l’ouverture aux autres disciplines, la cartographie devient un outil transdisciplinaire nourrissant les perspectives d’utilisation en géographie.

Représentation appropriée par les sciences humaines et sociales : déconstruire l’espace et le représenter

L’appropriation de la cartographie en sciences humaines et sociales a permis de réinventer ses représentations et apporter un nouveau souffle à la manière de cartographier en géographie. En effet, le mariage de l’urbanisme, de l’histoire, de l’économie et d’autres disciplines à l’espace nécessite une nouvelle approche alliant une dimension sensible ou rigoureuse, et nécessite de composer avec les méthodes relatives à chacune des disciplines. De ce fait, la cartographie se retrouve déconstruite pour être de nouveau appréhendée par la géographie à partir d’éléments développés dans les sciences humaines et sociales.

Le premier constat est celui de l’émergence et du “boum” des logiciels de SIG qui fut un déclencheur pour la mobilisation des cartes. En effet, auparavant manuscrite et nécessitant parfois, un certain talent artistique, le géographe-cartographe était alors une seule et même personne. Aujourd’hui, le cartographe est un métier à part entière, bénéficiant d’une formation à ces logiciels, et devient dès lors indépendant de celui de géographe. De nombreux informaticiens, sociologues et anthropologues peuvent bénéficier de cette formation et produire leurs cartes. Cet outil est de plus en plus accessible pour un public de non-géographes. De plus, les normes sont elles aussi acquises relativement rapidement et présentent en quelque sorte une hybridation entre méthodes des sciences humaines et sociales. Cela répond aussi à une expansion des sujets de recherche et de terrain, qui sont de facto de plus en plus variés, offrant des points de vue et expériences très divers. De ce fait, les frontières entre les disciplines et la manière de présenter les résultats deviennent de plus en plus ténues, comme en témoignent les références communes au sein des différentes disciplines.

Par ailleurs, la carte peut aussi être complètement repensée comme outil de médiation, moyen d’obtention et de collecte des données. De la carte synthétique retranscrivant des résultats à la carte productrice de données, il s’agit là d’une méthode intéressante à développer pour montrer comment cet outil géographique a pu et a su se réinventer. Avec le cas des “cartes mentales” (Downs, Stea, 1977 ; Gueben-Venière, 2011) et leur hiérarchie (Lynch, 1960), il s’agit d’une médiation entre le chercheur et les enquêtés. L’enjeu de ces démarches et de comprendre comment des individus s’approprient et se représentent l’espace. Cette méthode et la manière dont ils envisagent l’espace, relèvent aussi bien de la géographie que de la sociologie urbaine voire de l’anthropologie. Cela permet de comprendre la perception de l’espace ou “l’imagibilité” (imagibility) d’une ville (Lynch, 1960) et ainsi de produire des normes grâce à ces enquêtes. Pour Kevin Lynch, son ouvrage l’Image de la cité (1960) retranscrit un travail d’enquête de plus de trois ans sur la perception de trois villes américaines, Jersey City, Los Angeles et Boston. Ces résultats ont permis de mettre en avant cinq items qui ressortaient lors des différentes cartes mentales : les limites, les voies, les nœuds, les quartiers et les points remarquables. À partir de ces cartes, une théorie a pu être mise en avant, mais il semble intéressant de noter, qu’à partir d’un travail sur des cartes mentales, une carte synthétique n’est pas forcément la manière la plus adéquate pour retranscrire les résultats. En effet, elles montrent des dynamiques, des actions, des lieux ou non-lieux, qui peuvent davantage être lisibles sous forme de figures, tableaux ou tout simplement d’écrits. Ainsi, la carte ne dépend plus du fait d’un chercheur-sachant mais bien de l’ensemble des individus “sensibles” dont on cherche à comprendre leur représentation, leur perception, leur “espace vécu” (Frémont, 1976). Ce dialogue approfondi entre chercheur et enquêté alimente ce que l’on appelle l’approche sensible et permet de montrer des spécificités du territoire en fonction de la question de recherche et du prisme disciplinaire choisi. L’approche sensible permet de voir comment les individus se représentent leur espace, tandis que les autres disciplines telles que l’économie, la sociologie ou encore la politique les utilisent pour montrer des spécificités du territoire.

Conclusion

Ainsi, la cartographie a su évoluer avec son temps et ses utilisations ; des croquis relatant des faits précis, à une cartographie normée et revendiquée comme modèle, en passant au Système Informatique Géographique (SIG) et logiciels informatisés. Désormais, la carte sert avant tout des propos qui dépassent les disciplines pour rendre accessible des informations, des évolutions, proposant des simulations pour décrire et expliquer un état de fait. De l’explication historique d’une zone de tension sur le globe, en passant par des modélisations climatiques des scenarii possibles pour certaines zones du monde, ou encore une carte indiquant des lieux d’évitement, de frontière (cartes mentales ou cartes sensibles), celles-ci permettent de mettre en représentation des faits, de les matérialiser à partir d’une problématisation à laquelle elle répondrait. Bien que la carte soit un outil propre à la géographie, elle est, de cette manière, relative à la société qui pratique l’espace, qui est en relation avec son territoire. Son ouverture à d’autres disciplines permet de confronter le savoir géographique aux autres méthodes. Cette confrontation a bien évidemment mis en avant des crispations (notamment d’ordre structurel), mais dans les temps actuels, le résultat prégnant est celui de l’apport à la discipline géographique de l’ouverture des cartes et l’apport d’un outil géographique permettant de spatialiser des résultats en sciences humaines et sociales. En somme, de la norme occidentale à une proposition de perception de l’espace, la carte est un outil qui participe à comprendre la construction de l’espace. Des hiérarchies sont alors mises en évidence et engendrent beaucoup d’interrogations ; qu’observons-nous sur la carte ? Et que cache-t-on ? Cela permet alors de voir ce qui est acquis et ce qui ne l’est pas.

Par ailleurs, en ouvrant la possibilité à une multitude d’acteurs de cartographier, c’est aussi autant de subjectivités et de personnalités qui sont représentées. La carte synthétise ce que l’auteur observe ; il convient de considérer la question de la recherche et de la personnalité du chercheur, qui met en place des censures, des hiérarchies, un point de vue, qui racontent un territoire à un moment donné. Ainsi, savoir si la carte est indispensable n’est pas la question, elle est avant tout une manière d’envisager l’espace. L’atout de la carte est la possibilité d’être autant mobilisée au stade embryonnaire d’une recherche que comme élément concluant d’un propos. De ce fait, par la production de cartographie et son analyse, ce sont ces différents éléments qui permettent d’avoir une trace, un patrimoine cartographique du territoire et des sociétés présentes.

Bibliographie

Bailly A. S., 1985, « Distances et espaces : vingt ans de géographie des représentations », Espace géographique, tome 14, n°3, p. 197-205.

Demangeon A., 1905, La Picardie et les régions voisines. Artois, Cambrésis, Beauvaisis, Paris, Armand Colin.

Di Méo G., 2008, « Une géographie sociale entre représentations et action. Montagnes méditerranéennes et développement territorial », Hal, pp. 13-21.

Downs R., Stea D., 1973, Image and Environment, Chicago, Edward Arnold Editions.

Frémont A., 1976, La région, espace vécu, Paris, Flammarion.

Gueben-Venière S., 2011, « En quoi les cartes mentales, appliquées à l’environnement littoral, aident-elles au recueil et à l’analyse des représentations spatiales ? », EchoGéo, n°17.

Lacoste Y., 1976, La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Paris, Ed. Maspero.

Lynch K., 1960, L’image de la cité, Cambridge, MIT Press.

Rosemberg M., 2003, « Contribution à une réflexion géographique sur les représentations et l’espace », Géocarrefour, vol.78/1, p. 71-77.

Vidal de la Blache P., 1911, « Les genres de vie dans la géographie humaine », Les Annales de Géographie, n°112, p 289-304.

—, 1903, Tableau de la Géographie de la France, Paris.

Illustration  : Image from page 106 of  « The English pilot: The fourth book. Describing The West-India navigation, from Hudson’s Bay to the River Amazones. », 1775 –  Pas de restriction de copyright connue.

  1. L’apport de Alexandre Von Humboldt fut pluridisciplinaire, dans ses carnets, des croquis sur les aspects végétaux des territoires (botanique), mais aussi des croquis des individus rencontrés (ethnographie) et de l’organisation des territoires, notamment des montagnes. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search