Réflexion et proposition sur la projection mondiale

Journée doctorale de l’EHESS-Marseille,
 D’écrire l’espace, usages de la cartographie en sciences sociales
19 juin 2018, Vieille Charité, 13002 Marseille

Diego Mermoud
Doctorant allocataire de recherche, LADYSS – CNRS – Université Paris 8
Communauté d’Études pour l’Aménagement du Territoire – CEAT
École Polytechnique Fédérale de Lausanne – EPFL

La représentation à plat du globe est depuis toujours le résultat d’un compromis déformant la réalité, ou une représentation partielle de notre planète. En effet, il est mathématiquement impossible de projeter une sphère sur un plan en conservant les distances, les angles et les surfaces. Par conséquent, les représentations du monde sont, de par les possibilités mathématiques, un choix subjectif, souvent utilitariste, mais jamais neutre, du cartographe. Outre la projection utilisée, la centralité de la carte, le choix des couleurs, le prise en compte de la saison, le sens des points cardinaux tout comme l’insertion de la topographie ou de l’altimétrie sont également des choix subjectifs du cartographe, qui reflètent d’une part ses propres représentations du monde, représentation entendue comme “créations sociales ou individuelles de schémas pertinents du réel”1, d’autre part les représentations du monde qu’il souhaite transmettre aux lecteurs de sa production.

Le monde est défini comme l’”ensemble de tout ce qui existe, de façon réelle et concrète ; univers”2. En sciences humaines, cet ensemble du réel peut être réduit à notre planète ou tout du moins à l’ensemble du monde “conquis” par l’être humain. Cet ensemble du réel humain ne pouvant pas être appréhendé dans sa globalité de manière directe, différents mediums sont utilisés pour le faire. Nous pouvons principalement retenir le dessin et l’écriture, qui existent depuis plusieurs millénaires, et plus récemment la photographie et les images animées, la vidéo et le cinéma. Ces différents mediums qui sont perçus par nos sens, particulièrement à travers la vue et l’ouïe, s’inscrivent dans le temps et dans l’espace.

Pour nous approprier les informations prenant place dans l’”espace mond” qui nous parviennent, nous nous créons une “image mentale” spatialisée du monde. Cette représentation spatiale est le fruit de notre perception directe du monde ainsi que des mediums avec lesquels nous entrons en relation au cours de notre propre existence, particulièrement lorsque le medium est une carte ou une information accompagnée d’une carte. Celle-ci, pouvant être locale, régionale, nationale, continentale ou mondiale, véhicule une représentation forgeant nos représentations : elle est par conséquent un enjeu.

L’enjeu de la construction d’une carte du monde doit être mis en relation avec les lecteurs de celle-ci, car, outre les informations que la carte mondiale peut communiquer, sa projection est vectrice de représentations du monde que les lecteurs peuvent intégrer comme étant “la réalité”. Il s’agit ici d’un enjeu de rivalité de pouvoir où les cartes mondiales véhiculent un monde représenté qui a un impact direct sur la manière de se le représenter et, par conséquent, de percevoir les événements ayant cours sur notre terre. Le cartographe a une responsabilité dans le processus de construction de “l’image mentale du monde”, par ses lecteurs. Cette “image mentale du monde” influence, par exemple, leurs rapports subjectifs de proximité ou d’éloignement d’autres pays ou territoires.

Les différentes projections ainsi que les centralités des cartes produites à travers l’Histoire sont à mettre en lien avec l’emplacement géographique du cartographe, son appartenance culturelle ou encore les normes, coutumes et conventions cartographiques des différentes époques. Depuis l’antiquité, les cartes du monde poursuivent l’objectif de compiler et représenter le monde connu, comme par exemple celle de Ptolémée.

Carte du monde connu de Ptolémée, 80 ap. J.-C., redessinée en 1487 .

La projection utilisée influence les représentations et par conséquent la spatialisation mentale de l’espace. Par la carte Imago mundi3,  Pierre d’Ailly représente la Terre de manière sphérique, ce qui a convaincu Christophe Colomb de rejoindre les Indes en passant par l’Ouest. Il est dit qu’il la gardait systématiquement avec lui et son exemplaire annoté est aujourd’hui archivé à la Biblioteca Colombina à Seville4. Cet événement met en évidence l’impact que peut avoir cette représentation du monde sur nos décisions,  sur nos rapports aux événements ayant cours sur notre planète et finalement sur de nombreux choix de notre vie.

Imago mundi carte publiée en 1410 par pierre d’Ailly, imprimée pour la première fois en 1483

En 1569, Gérard Mercator, bénéficiant de l’essor de l’imprimerie, propose les 18 feuilles de sa Nova et Aucta Orbis Terrae Descriptio ad Usum Navigantium Emendate Accommodata5, soit la “représentation nouvelle et enrichie du globe terrestre correctement ajustée pour la navigation”. Cette Mappae Mundi6, carte mondiale, qui déforme les surfaces en respectant les angles, procure un avantage considérable aux marins car elle leur permet de tracer une route à angle constant7. Cette projection est bien connue et très utilisée de nos jours, particulièrement sur les cartes interactives des différentes applications que nous utilisons. Longtemps utilisée par le service cartographique de Google (Google Maps), application de référence dans le domaine, la projection Mercator a été remplacée par une projection Orthographique au mois d’août de cette année8. Cette modification de la projection de l’application cartographique la plus utilisée au monde, plus d’un milliard d’utilisateurs mensuels en 20129, aura sans nul doute un impact sur la représentation du monde des utilisateurs et plus généralement sur celle des générations futures.

Carte de Gérard Mercator, Nova et Aucta Orbis Terrae Descriptio ad Usum Navigantium Emendate Accommodata, publiée en 1569.

La projection mondiale est donc un enjeu de rivalité et de pouvoir qui influence les représentations du monde. A ce titre nous pouvons la considérer comme un outil de softpower. En effet, elle influence indirectement le comportement d’un autre acteur ou la définition par cet autre acteur de ses propres intérêts à travers un moyen non coercitif10. Toutefois, il existe de nombreuses projections utilisées avec la volonté d’offrir une représentation et la construction d’une représentation équilibrée. Nous pouvons par exemple distinguer la projection Eckert IV utilisée par le “Dessous des Cartes”, la projection Robinson ou encore celles de Jacques Bertin de 1950 et de 1953, très pratiques pour cartographier les flux mondiaux ainsi que l’opposition entre les deux blocs durant la Guerre Froide. Les outils des Système d’Information Géographique (SIG) permettent aujourd’hui l’utilisation facilitée d’un grand choix de projections. Toutefois, l’utilisation de projections équilibrées est relativement faible, car les cartographes n’ont pas toujours conscience de ces enjeux et les créateurs de carte ne sont majoritairement pas des cartographes de profession. De plus, les projections proposées par Jacques Bertin (Bertin 1950, 1951, 1952, 1953, 1954) dans son livre qui fête cette année son cinquantenaire, La Sémiologie graphique11, sont des dessins du monde ne reposant pas sur des formules mathématiques et qui ne peuvent par conséquent pas être utilisé par les SIG. Cette problématique est aujourd’hui en passe de se régler grâce aux travaux de Philippe Rivière12 qui a réussi à “mathématiser” la projection Bertin 1953, ce qui devrait permettre de l’utiliser à l’avenir dans les SIG.

Projections proposées par Jacques Bertin en 1967, avec la projection Bertin 1950 au numéro 7, Bertin 1953 au numéro 13.

C’est en effectuant des recherches pour utiliser une projection Jacques Bertin 1950 avec les programmes SIG, que je suis parvenu à développer une nouvelle projection. En partant de la projection Robinson, de la projection équirectangulaire et avec l’objectif de reproduire la Bertin 1950, j’ai repris la technique de l’orthoapsidal développée par Erwin Raisz et sa projection Raisz Armadillo13, également utilisée comme base par J. Bertin14. J’ai donc poursuivi cette technique avec, dans un premier temps, une reprojection sur une sphère de la carte du monde d’une réduction géométrique de 5/12ème des coordonnées. Dans un second temps, une homothétie de 17,5° vers le Nord qui place les limites de la carte à 75° à l’Ouest, 75° à l’Est, 20° au Sud et 55° au Nord. Puis, dans un troisième temps, une orientation sur la terre de 22°vers le Nord.

1ère étape : Réduction de 5/12ème – 2ème étape : Homothétie de 17,5° Nord – 3ème étape : Orientation de 22° Nord

Cette projection permet d’offrir une projection équilibrée, en ce qui concerne la surface des territoires et des pays. De plus, elle donne une dynamique circulaire à la représentation de notre Terre, tout en ne masquant aucun territoire. Le résultat de cette projection est donc relativement homogène à la lecture, si l’on se base sur l’indicatrice de Tissot15. Cette représentation du monde se veut plus particulièrement adaptée aux besoins des sciences humaines grâce à l’équilibre des régions du globe humainement habitées. En effet, le territoire de l’Antarctique est sacrifié car sa surface est largement déformée et surdimensionnée, mais nous pouvons imaginer si nécessaire de l’effacer et par-là rejoindre la projection Bertin 1950, mais avec une formule mathématisée permettant à cette projection d’être utilisée par les SIG et les ingénieurs cartographes.

Projection Mermoud – Plaza, centrée à 0° avec indicatrice de Tissot.

Outre la projection, il me semble nécessaire d’adapter la centralité normée à 0° sur le méridien de Greenwich. En effet, nous pouvons considérer que, dans le cadre d’une représentation cartographique du monde, la centralité peut être cherchée dans les limites de notre représentation et, en particulier, à la frontière entre la Russie et les États-Unis. La frontière entre les deux pays a été formalisée le 1er juin 199016 à la latitude : 168° 58′ 37″ O, soit 168.9769444° O. Nous pouvons donc, en considérant ces facteurs géographiques et politiques proposer une centralité à 11.0230556° E, afin d’aligner les contours de la carte sur cette frontière politique. En outre, cette projection couplée à cette centralité permet d’avoir une relative bonne correspondance avec les différentes projections régionales.

Projection Mermoud – Plaza, centrée à 11.0230556° avec projections régionales.

La correspondance avec les projections régionales est, à mon sens, le véritable avantage de cette projection. Elle offre une représentation qui rejoint les représentations régionalisées des lecteurs. De cette manière, elle favorise l’émergence de représentations différentes correspondant avec les représentations d’acteurs vivant dans ces dites régions. Les enjeux de la projection mondiale doivent également être mis en relation avec la représentation individuelle, mais également avec la représentation sociale partagée du monde. Les projections trop éloignées de la représentation sociale partagée provoquent des complications en termes de lecture. Une carte du monde Mercator, pourtant très commune, ayant une direction sud vers le haut est très utile pour modifier les représentations du monde des lecteurs mais elle complique immédiatement la lecture des informations attachées à la carte. Cette projection poursuit l’objectif d’offrir une représentation qui équilibre les représentations individuelles et sociales des lecteurs, tout en ayant pleinement conscience que les choix dans la construction de cette projection sont en partie subjectifs, voire artistiques.

Bibliographie

  • André (1998), Enseigner les représentations spatiales, Economica, Paris.
  • Bertin (1967), Sémiologie graphique, Editions EHESS, Paris.
  • De Dainville, M.-F. Grivot, (2002), Le langage des géographes : termes, signes, couleurs des cartes anciennes, 1500- 1800, A. et J. Picard, Paris.
  • Raisz (1943), « Orthoapsidal World Maps », Geographical Review, vol. 33, n°1, pp. 132-134.
  • Tissot (1881), Mémoire sur la Représentation des Surfaces, Imprimerie de Gauthier-Villars, Paris.

Sites internet

  • Dictionnaire Larousse, « monde », https://larousse.fr/dictionnaires/francais/monde/52177, consulté le 17 novembre 2018.
  • D’Ailly P., (1483) Imago mundi, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k52802c/f9.image, mis en ligne le 15 octobre 2007,  consulté le 17 novembre 2018.
  • Google Maps, « with 3D Globe Mode on Google Maps desktop, Greenland’s projection is no longer the size of Africa…», http://twitter.com/googlemaps/status/1025130620471656449, mis en ligne le 2 août 2018, consulté le 17 novembre 2018.
  • Istitucion Columbina, « La Imago mundi de Pierre d’Ailly », http://www.icolombina.es/colombina/imagomundi.htm, consulté le 17 novembre 2018.
  • Mercator G., (1569), Nova et aucta orbis terrae descriptio ad usum navigantium emendate accomodata : illustriss… principi… Wilhelmo Duci juliae, Clivorum et Monti Opus hoc… eius auspiciis inchoatum… / Gerardus Mercator dedicabat,https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7200344k.r=.langFR, mis en ligne le 2 novembre 2009, consulté le 17 novembre 2018.
  • Paragano L., (2012), « Google, Maps : you learn, we listen », https://maps.googleblog.com/2012/12/google-maps-you-learn-we-listen.html, consulté le 17 novembre 2018.
  • Rivière P., (2017), « Projection Bertin, 1953 », https://visionscarto.net/projection-bertin-1953, consulté le 17 novembre 2018.
  • Swiners J.L., (2014), « La carte du monde connu de Ptolémée (80 ap. J.-C.) redessinée et enluminée en 1487 », 1492. Christophe Colomb découvre l’Amérique. (La couronne d’Espagne et un consortium de banquiers). Le meilleur et le pire exemple possible de sérendipité. http://www.serendipite-strategique.com/exemples_3/amerique/ptolemee.html, consulté le 17 novembre 2018.
  • Wikipedia, « Softpower », https://fr.wikipedia.org/wiki/Soft_power, consulté le 17 novembre 2018.
  1. Y. André (1998), Enseigner les représentations spatiales, Paris, Economica, 254 p. []
  2. https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/monde/52177, consulté le 17 novembre 2018. []
  3. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k52802c/f9.image, consulté le 17 novembre 2018. []
  4. http://www.icolombina.es/colombina/imagomundi.htm, consulté le 17 novembre 2018. []
  5. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7200344k/f1.planchecontact, consulté le 17 novembre 2018. []
  6. F. De Dainville, M.-F. Grivot, Le langage des géographes : termes, signes, couleurs des cartes anciennes, 1500- 1800. Reprod. en fac.-sim. Paris : A. et J. Picard, 2002. p.39. []
  7. http://expositions.bnf.fr/marine/grand/por_215.htm, consulté le 17 novembre 2018. []
  8. https://twitter.com/googlemaps/status/1025130620471656449, consulté le 17 novembre 2018. []
  9. https://maps.googleblog.com/2012/12/google-maps-you-learn-we-listen.html, consulté le 17 novembre 2018. []
  10. https://fr.wikipedia.org/wiki/Soft_power, consulté le 17 novembre 2018. []
  11. J. Bertin (1967), Sémiologie graphique, Editions EHESS. []
  12. https://visionscarto.net/projection-bertin-1953, consulté le 17 novembre 2018. []
  13. E. Raisz (1943), Orthoapsidal World Maps, Geographical Review, vol. 33, No 1, Janvier 1943, pp. 132-134. []
  14. J. Bertin (1967), Sémiologie graphique, Editions EHESS, p. 294-295. []
  15. N. Tissot (1881), Mémoire sur la Représentation des Surfaces, Imprimerie de Gauthier-Villars, Paris, 435 p. []
  16. Agreement between the United States of America and the Union of Soviet Socialist Republics on the maritime boundary,1 June 1990. https://www.un.org/Depts/los/LEGISLATIONANDTREATIES/PDFFILES/TREATIES/USA-RUS1990MB.PDF, consulté le 18 novembre 2018. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search