La carte et le sociologue. La méthode cartographique, entre relation d’enquête et production de données

Journée doctorale de l’EHESS-Marseille,
D’écrire l’espace, usages de la cartographie en sciences sociales
19 juin 2018, Vieille Charité, 13002 Marseille

Pierre Joffre
Année préparatoire au doctorat – EHESS, Centre de Recherches Historiques

Deuxième arrondissement le plus peuplé de Paris, le XVIIIe présente une palette très diverse de populations et de quartiers. Ce sont ces contrastes qui ont conduit à proposer une étude comparative entre Lamarck-Caulaincourt, et Marcadet-Poissonniers, destinée à analyser le rapport à la mixité sociale et son influence sur la perception du quartier par les habitants des classes moyennes et supérieures. Le XVIIIe est souvent cité, par les médias et par les chercheurs comme un des arrondissements « nord-est » de Paris, anciennement populaires et connaissant aujourd’hui un processus de gentrification (Clerval, 2011, 2013 ; Corbillé, 2013), malgré tout encore malmenés dans l’imaginaire collectif, faisant partie « des quartiers considérés comme stigmatisant » (Bacqué et al., 2010). Dans le cadre d’un mémoire de master, 24 entretiens ont été réalisés, avec un total de 26 personnes, dont la majorité exerce ou a exercé une profession de cadre ou profession intellectuelle supérieure. Les enquêtés étaient invités à dessiner ce qu’ils considéraient comme les limites de leur quartier sur une carte vierge de l’arrondissement, fournie par l’enquêteur, et à en discuter. Les deux quartiers recoupent des réalités sociales différentes : Lamarck-Caulaincourt, du côté nord-ouest de la butte Montmartre, caractérisé comme un espace supérieur (Préteceille, 2003), pouvant être décrit comme peu mixte. A l’inverse, les alentours du métro Marcadet-Poissonniers, situé au nord-est de la butte, caractérisé comme espace moyen, correspondant d’ailleurs au type « le plus conforme à l’idée de mixité sociale complète » (Préteceille, 2003).

L’objectif de ce texte est donc de se demander en quoi l’utilisation de la cartographie – méthode relativement originale en sociologie – permet d’approfondir la compréhension des processus sociaux à l’œuvre dans un arrondissement qui connaît de forts contrastes de populations et des processus de changements urbains profonds.

Dans un premier temps, il s’agira de présenter la méthode en tant qu’outil dans la relation d’entretien et la manière dont le sociologue peut mobiliser la carte pour instaurer une relation enquêtés-enquêteur particulière. Dans un second temps, il faudra mettre en valeur les résultats obtenus grâce à cette méthode, en termes de perception et de représentation des usages du quartier et des frontières symboliques qui y voient le jour (Lamont, 1995 ; Simmel, 2010).

La carte et le sociologue débutant : retour réflexif sur une méthode

Présentation d’une méthode de cartographie ordinaire

L’utilisation d’une cartographie « ordinaire » est relativement peu courante dans les travaux classiques de la sociologie urbaine et dans les plus récents qui se concentrent sur les processus de changement urbain, alors qu’elle permet d’éclairer un certain nombre d’éléments de compréhension des rapports sociaux à l’œuvre dans un espace, à condition de ne pas s’arrêter à la carte, et de la mettre en relation avec un discours. C’est dans cette optique que les travaux de deux géographes, Metton et Bertrand, ont été mobilisés dans ce travail, et adaptés aux contraintes qui peuvent exister dans le cadre d’une enquête de courte durée et sans moyens spécifiques. Il s’agissait ici pour les enquêtés de dessiner les limites de leur quartier sur un fond de carte représentant le XVIIIe arrondissement. Après le dessin, ils étaient invités à décrire leur quartier et leur rapport à celui-là. La consigne de départ, sans doute un peu trop floue, a suscité parfois un certain nombre d’interrogations : l’un des enquêtés, ayant compris le « dessin » au sens littéral, a choisi de représenter des lieux importants pour lui par le biais de croquis sur la carte : un verre pour symboliser un bar, une pizza pour un restaurant… Cette incompréhension a suscité une adaptation du dispositif d’enquête : désormais, plutôt que la demande d’un dessin du quartier, il a été demandé aux enquêtés de dessiner les limites de leur quartier. Ce dispositif permettait donc de caractériser une zone géographique dans laquelle les enquêtés étaient amenés à se reconnaître, pointer les lieux familiers, fréquentés, dans l’optique d’interroger leur rapport aux habitants qui peuplent ou pratiquent l’espace ainsi délimité.

L’exercice a été bien perçu par les enquêtés, une seule d’entre eux ayant refusé tout net d’utiliser la carte sur laquelle elle n’arrivait pas à se repérer, préférant réaliser l’exercice oralement. Une autre enquêtée, plutôt que de dessiner les limites de son quartier, a caractérisé sur la carte les lieux qui lui semblaient fréquentables et ceux qu’elle aurait préférés éviter, elle-même vivant dans un de ces lieux et ayant un rapport au quartier plutôt négatif. Au-delà d’une délimitation spatiale, permettant de recentrer l’étude sur les alentours immédiats des enquêtés, cette méthode de travail présente en fait plusieurs avantages dans le cadre de l’entretien, particulièrement lorsque l’enquêteur n’a que peu d’expérience dans la conduite d’entretien.

Articuler dessin et discours : quelques remarques sur la méthode

Cette méthode présente quelques avantages et biais qu’il s’agit d’évoquer rapidement. Par la forme de l’exercice, relativement scolaire, certains enquêtés auraient pu être mal à l’aise avec cet outil. Cette question ne s’est cependant pas posée durant cette enquête de terrain, tous les enquêtés s’étant pliés volontiers au principe, à l’exception d’une enquêtée déjà évoquée. Une autre limite qui peut être pointée est la focalisation sur l’arrondissement, qui pouvait poser une difficulté à des enquêtés vivant à proximité de ses limites administratives. Une telle méthode n’a de sens que dans l’étude à une échelle restreinte, et ne serait pas pertinente à l’échelle de la ville.

A contrario, la cartographie ordinaire est un facilitateur de l’entretien, puisqu’elle permet une entrée en matière qui dédramatise une situation assez peu naturelle. Le moment de l’entretien représente une interaction sociale spécifique : il ne s’agit pas d’une conversation ordinaire, le rapport qui s’instaure entre enquêteur et enquêté n’est pas toujours très facile à vivre pour les deux, d’autant plus lorsque l’enquêteur manque de pratique dans l’exercice. L’enquêteur et l’enquêté véhiculent tous deux un certain nombre de critères d’appartenance sociale, de symboles, qui sont autant d’éléments qui les séparent ou les rapprochent. Le dessin est une proposition de support, une médiation face à cette situation peu évidente à appréhender, principalement au début de l’entretien, la gêne éventuelle s’estompant généralement progressivement au cours de l’entretien. Cette technique d’entretien permet de réduire le moment où enquêteur et enquêté se jaugent l’un l’autre, et facilite potentiellement la prise de parole par la suite, offrant également un support visuel et presque physique permettant aux enquêtés d’appuyer leurs éléments de discours.

Cette méthode s’articule aussi au discours produit par les enquêtés dans le cadre d’un entretien, en tant que premier exercice d’enquête, destiné à introduire une discussion autour du quartier et des perceptions de l’espace. Ainsi, certains enquêtés produisent d’eux-mêmes sur leur dessin une distinction entre différents types de quartiers, qu’ils caractérisent : quartier proche, quotidien ; quartier plus lointain… Mais pour beaucoup d’autres enquêtés, cette distinction n’est produite qu’au moment de mettre en mots le quartier délimité sur le dessin, comme ces enquêtés qui expliquent avoir proposé une version large du quartier, et qu’il est en fait possible de le réduire. Marianne, chef de projet dans une association, vivant à Château-Rouge, auparavant à Lamarck-Caulaincourt et arrivée en 2015, explique qu’elle se reconnaît dans une forme de « microcosme » très limité autour de son appartement, dans lequel elle a une « vie de quartier ». Elle le dessine dans un deuxième temps, après avoir délimité un quartier plus large sur la carte. Alexandre, free-lance dans la communication, arrivé en 2015, dessine « l’endroit où [il] passe 80% de [sa] semaine », après avoir délimité « l’endroit où [il se] sent confortable ». Ainsi, l’articulation entre dessin et discours est indispensable afin d’approfondir le rapport au quartier des personnes rencontrées : elle permet de justifier le choix de ces limites, posant la question de ce qui caractérise ce quartier, par rapport au reste, à ce qui est en dehors.

La carte productrice de résultats : frontières symboliques et représentations

Différentes perceptions de l’espace du quartier

La cartographie réactualise la pertinence empirique entre espace vécu et espace perçu. Le premier correspond à la « pratique, aux cheminements et habitudes », c’est-à-dire aux activités et occupations qui régissent la vie des habitants d’un lieu dans leur vie de tous les jours, tandis que le second réfère à une vision de l’espace qui prend « des formes à la fois plus imaginées ou plus conceptualisées » (Di Méo, 1994), dans le cadre d’une « mental map de la ville » (Vant, cité par Di Méo, 1994). Plusieurs enquêtés expliquent ainsi l’existence de deux types de quartiers, les ayant séparés spontanément sur la carte, ou bien après une demande de l’enquêteur. Joaquim, retraité de la fonction publique, arrivé à Marcadet-Poissonniers en 2000, explique qu’il y a « plusieurs quartiers », celui de la marche et celui des courses notamment, et Anne, architecte dans la fonction publique, vivant à Marcadet-Poissonniers depuis 2013 envisage « le quartier proche et le quartier un peu plus éloigné » en fonction de l’école et du collège que fréquentent ses enfants.

Les enquêtés appréhendent différemment leur quartier, qui peuvent être catégorisés en quatre visions distinctes. D’abord, le quartier restreint est le miroir des activités quotidiennes, s’approchant le plus de la notion de quartier vécu, se caractérisant par sa petite taille – il est d’ailleurs le plus mobilisé par les enquêtés. Ensuite, le quartier inclusif, prend en compte l’arrondissement dans son ensemble ou bien une partie large de celui-là, ce qui peut être une manière pour les enquêtés de s’inclure dans un espace correspondant à des valeurs qui leur sont propres. Puis, le quartier structuré est préexistant, et pour lequel les enquêtés s’appuient sur des lieux qui possèdent des images fortes, comme Montmartre ou la Goutte d’Or, s’appropriant moins la consigne de dessiner un quartier « personnel ». Enfin, le quartier transverse mélange les différentes visions, soit parce que les enquêtés dessinent différents « niveaux » de quartier, soit parce qu’ils font une lecture pointue des relations sociales à l’œuvre dans le quartier, de manière plus ou moins consciente. Ces enquêtés mettent alors à jour des frontières symboliques qu’il s’agit maintenant d’expliciter.

Frontières symboliques dans le XVIIIe arrondissement

Les frontières se révèlent être des marqueurs sociaux et non pas administratifs. Simmel parle d’ »une force physique qui exerce une répulsion des deux côtés », définition parfaitement illustrée par Michel, qui déclare que « les gens à la limite… indirectement ils respectent les quartiers », faisant référence à une forme d’attribution spatiale qui semble n’être pas contestée par les différentes populations qui cohabitent dans les alentours. Michèle Lamont a précisé le terme en évoquant la frontière symbolique, « distinction conceptuelle façonnée par les acteurs sociaux pour catégoriser les objets, les personnes, les pratiques ou même le temps et l’espace ». Les enquêtés sont poussés dans ce sens par la consigne de départ : en leur demandant de dessiner leur quartier, il leur est implicitement demandé de créer la séparation entre ce qui est soi et ce qui est autre, entre « nous » et « eux », qui sont parfois des catégories convoquées en tant que telles.

Les cartes et les discours des enquêtés permettent de mettre à jour des frontières symboliques entre les différents quartiers de l’arrondissement, que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur du quartier dessiné par les enquêtés. Ces derniers, en fonction de leurs besoins et envies, de leur rapport à l’altérité, mais aussi de leurs parcours socio-résidentiels, pratiquent un ou plusieurs espaces qu’ils ont caractérisés. C’est la répartition spatiale de différents types de populations qui est visible par les enquêtés, et confirmée par les chercheurs et les statistiques.

Ces frontières sont présentes dans les cartes des enquêtés, comme le montrent ces deux exemples : Julien dessine un panneau « attention » sur la zone de la Goutte d’Or, tandis que Simone dessine les endroits qui, selon elle, sont acceptables (en violet) et ceux qui ne le sont pas (en rose) : une consigne de départ mal interprétée, mais révélatrice de frontières symboliques marquées. De même, les cartes d’Anouar et de Marine révèlent aussi une frontière qui coupe l’arrondissement en deux parties (Barbès /Clignancourt). Mais c’est encore dans les discours que les frontières sont les plus perceptibles. Les enquêtés évoquent ainsi parfois directement des frontières, ou en tout cas des démarcations, comme cela a déjà été évoqué : Anne, déjà citée, explique avoir « conscience en passant […] d’un quartier à un autre qu’il y a… des limites » voire des « frontières » ; Christian, retraité de l’enseignement, vivant à Marcadet-Poissonniers depuis 1981, décrit « la limite entre les pauvres et les riches » ainsi qu’une « barrière sociologique », qui prend encore appui sur le boulevard Barbès. Emilie, urbaniste, vivant à Lamarck-Caulaincourt dépeint des « situations très différentes » entre des « quartiers assez chics » et d’autres « très populaires ». Le boulevard Barbès est considéré unanimement comme la démarcation entre deux parties de l’arrondissement, concentrant des propriétés foncièrement différentes : un quartier valorisé, considéré comme « bourgeois », « mixte » par certains enquêtés, et un quartier « immigré » et « populaire », ici dans le mauvais sens du terme, c’est-à-dire plutôt pauvre et en difficulté, cumulant les handicaps, participant aux « effets de lieux » (Bourdieu, 1993).

Les pratiques sont assez clairement structurées en fonction de ces frontières, ce qui s’explique en partie par l’offre commerciale et de services présente dans chacun des quartiers, mais pas seulement, puisque certains équipements pourraient attirer des populations dans différents quartiers – au-delà de la question des besoins de proximité – mais que lesdites populations ne les fréquentent pas pour autant, comme les équipements culturels récents de la Goutte d’Or. Les enquêtés expriment leurs pratiques de différentes façons. Thérèse, par exemple, retraitée de l’enseignement privé, habitant à Marcadet-Poissonniers depuis 1980 explique qu’elle est obligée d’aller faire ses courses à Jules Joffrin car, à proximité immédiate de son appartement, « y’a que des boucheries halal ». Anouar, chercheur en sciences sociales, arrivé à Marcadet-Poissonniers en 2015, décrit ses pratiques en fonction de ses besoins de consommation : il dit aller faire ses courses « habituelles » à Château-Rouge, et des courses plus spécifiques « huitres, saumon ou magret de canard », à Jules Joffrin. Nicolas, économiste vivant à Jules Joffrin depuis 2016, explique n’être jamais allé « se frotter » à ce qu’il considère comme un « no-man‘s-land », montrant la zone Goutte d’Or – Marx Dormoy.

Ainsi, en fonction de leur parcours résidentiel respectif et la manière dont ils vivent leur quartier, les enquêtés réagissent de manière différente et adaptent leurs pratiques aux situations. Ils évitent des endroits qu’ils perçoivent comme trop éloignés socialement, qui ne leur sont pas « destinés », ou les fréquentent parfois, lorsqu’ils peuvent avoir quelque chose de spécifique à y faire. Cette manière de parler de, ou de vivre les espaces sociaux qui sont caractérisés par les habitants rencontrés est bien une « manifestation territorialisée du rapport aux autres », pour reprendre les termes de Di Méo, puisqu’elle se fonde sur les différentes populations ou offres de services qui sont perçues dans les quartiers. Elle dépend entre autres du choix de chacun de venir habiter dans ce type de quartier, puisque certains valorisent fortement le fait d’habiter dans un quartier mixte, tandis que d’autres le stigmatisent.

Le propos présenté ici a tâché de montrer que l’usage d’une cartographie ordinaire a été un outil efficace de production de données dans le cadre de l’enquête menée dans le XVIIIe arrondissement de Paris. D’abord, cette cartographie est une manière de dédramatiser la situation d’entretien, de faciliter une interaction peu naturelle, qui facilite particulièrement le travail du jeune chercheur. Ensuite, la carte, lorsqu’elle est articulée avec le discours des enquêtés, permet de mettre à jour des perceptions et des frontières symboliques, particulièrement intéressantes pour essayer de comprendre les rapports sociaux – et à travers eux le changement urbain – dans un arrondissement contrasté.

Bibliographie

Authier Jean-Yves, Bacqué Marie-Hélène, Guérin-Pace France, (2006), Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte.

Bacqué Marie-Hélène, Fijalkow Yankel, Flamand Amélie, Vermeersch Stéphanie, (2010), « Comment nous sommes devenus HLM », Espaces et sociétés, n° 140-141, pp. 93-109.

Breviglieri Marc, (2009), « L’insupportable. L’excès de proximité, l’atteinte à l’autonomie et le sentiment de violation du privé », Breviglieri Marc, Lafaye Claudette et Trom Danny (dirs), Compétences critiques et sens de la justice, Paris, Editions Economica, pp. 125-149.

Bourdieu, Pierre, (1993), La misère du monde, Paris, Liber.

Chabrol Marie, (2014), « Évolutions récentes des quartiers d’immigration à Paris. L’exemple du quartier « africain » de Château-Rouge », Hommes et Migrations, n°1308, pp. 87-96.

Chabrol Marie, (2013), « Continuités d’usages et maintien d’une centralité commerciale immigrée à Château-Rouge (Paris) », Les Annales de la Recherche Urbaine, n°108, pp. 97-107.

Chabrol Marie, Collet Anaïs, Giroud Matthieu, Launay Lydie, Rousseau Max, Ter Minassian Hovig, (2016), Gentrifications, Paris, Éditions Amsterdam.

Chalvon-Demersay Sabine, (1998), Le triangle du XIVe. Des nouveaux habitants dans un vieux quartier de Paris, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’homme.

Clerval Anne, (2013), Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale, Paris,  La Découverte.

Clerval Anne, (2011), « L’occupation populaire de la rue : un frein à la gentrification ? L’exemple de Paris intra-muros », Espaces et sociétés, n°144-145, pp. 55-71.

Collet Anaïs, Rester bourgeois, (2015), Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, La Découverte.

Corbillé Sophie, (2013), Paris bourgeoise, Paris bohème. La ruée vers l’Est, Paris, PUF.

Cousin Bruno, Paugam Serge, (2014) « Liens locaux et déclainaisons de l’entre-soi dans les quartiers de classes supérieures », Paugam Serge (dir.), L’intégration inégale. Force, fragilité et rupture des liens sociaux, Paris, PUF.

Di Meo Guy, (1994), « Epistémologie des approches géographiques et socio-anthropologiques du quartier urbain », Annales de Géographie, 103-577, pp. 255-275.

Lamont Michèle, (1995), La morale et l’argent. Les valeurs des cadres en France et aux Etats-Unis, Paris, Métailié.

Lamont Michèle, Molnar Virag, (2002), “The study of boundaries in the social sciences”, Annual review of sociology, 28-1, pp. 167-195.

Lefèbvre Henri, (2000), La production de l’espace, Paris, Éditions Anthropos, Paris.

Metton Alain, Bertrand Michel-Jean, (1974), « Les espaces vécus dans une grande agglomération », Espace géographique, 3-2, pp. 137-146.

Milliot Virginie, (2015) « Remettre de l’ordre dans la rue. Politiques de l’espace public à la Goutte‐d’Or (Paris) », Ethnologie française, n°153, pp. 431-443.

Pan Ké Shon Jean-Louis, (2005), « La représentation des habitants de leur quartier : entre bien-être et repli », Economie et statistique, n°386, pp. 3-35.

Préteceille Edmond, (2003), La division sociale de l’espace francilien. Typologie socioprofessionnelle 1999et transformations de l’espace résidentiel 1990-99, [Rapport de recherche], Observatoire Sociologique du Changement – Sciences Po & CNRS.

Simmel Georg, (2010), Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF.

Simon Patrick, (1995), « La société partagée. Relations interethniques et interclasses dans un quartier en rénovation. Belleville, Paris XXe », Cahiers Internationaux de Sociologie, 98, pp. 161- 190.

Tissot Sylvie, (2011), De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Éditions Raisons d’agir.

 

Annexes


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search