JD D’écrire l’espace, usages de la cartographie en sciences sociales

Journée doctorale de l’EHESS-Marseille,
D’écrire l’espace, usages de la cartographie en sciences sociales
19 juin 2018, Vieille Charité, 13002 Marseille

Le comité scientifique de la journée doctorale
Rim Affaya, Yacine Amenna, Jocelyn Aznar, Giorgio Cassone,
Ségolène Mathieu, Cecilia Paradiso, Léa Renucci, Solenn Thircuir

Compte rendu

Au travers de ce compte rendu, nous revenons sur cette journée et introduisons les différentes communications qui s’y sont tenues, et qui sont publiées sur le présent blog. Nos remerciements s’adressent en premier lieu à tous les intervenants qui ont accepté de donner de leur temps et de partager avec nous leurs connaissances et travaux. Leur expérience a donné lieu à des échanges pertinents. Nous sommes particulièrement reconnaissants envers le Centre Norbert Elias pour son soutien dans l’organisation de cet événement scientifique. Nous tenons également à remercier l’EHESS qui nous a permis de concrétiser l’élaboration de ce projet par ses ressources financières, via l’aide à la professionnalisation des doctorants.

Notre projet de journée doctorale était animé par une réflexion sur l’usage qui est fait des cartes, et de la cartographie, en sciences sociales aujourd’hui. Notre objectif était de discuter les méthodes et les perspectives offertes par la mobilisation de la cartographie à des fins heuristiques. Ceci nous amena à interroger l’usage qui en est fait, les choix de représentations, les méthodes utilisées (logiciels de SIG, cartographie proportionnelle, schéma etc.), ainsi qu’à discuter la distinction entre cartographie qualitative et quantitative, en questionnant ce  qu’apporte la représentation cartographique dans un travail de recherche. En quoi la modélisation cartographique d’un terrain, notamment par la méthode quantitative, permet-elle de clarifier, voire de révéler des analyses difficilement descriptibles par l’écriture classique ?

Nous souhaitions comprendre les enjeux que comporte une représentation cartographique, de la mise en œuvre des terrains à la construction de discours sur l’espace. Nous avions ainsi développé deux axes thématiques : du terrain à la cartographie, la carte comme forme d’écriture, et analyses réflexives sur l’outil cartographique : représentations, pouvoirs et controverses.

Boris Pétric, anthropologue au CNRS et directeur du Centre Norbert Elias, a introduit la journée par une contextualisation de la cartographie dans les sciences sociales, et par une réflexion sur les enjeux politiques de son utilisation. La cartographie est un outil rendant possible l’analyse spatiale des processus sociaux et culturel, c’est ce que Marie-Alix Molinié-Andlauer défend dans sa présentation : Se représenter l’espace : comment mobiliser aujourd’hui la carte en sciences humaines et sociales. Cette présentation situe historiquement l’usage de la cartographie. Elle ambitionne de résumer la diversité de ses usages et des appropriations successives renvoyant à des temps et enjeux historiques. La carte est pensée comme une illustration de ces temps tout en n’étant pas exempte de rapports spécifiques entre celui qui en fait l’usage et ce qui est raconté, nécessitant une analyse critique systématique afin de la situer. La cartographie permet d’analyser des réseaux, des dynamiques de réhabilitation d’un espace ou de groupes sociaux dans des espaces d’action spécifiques. La recherche ethnographique réalisée par Edna Gyrelle Tsoungui Moukala et développée dans son intervention, intitulée Comprendre la fonction sociale du commerce domestique par la cartographie des marchés publics en milieu urbain au gabon, montre que le chercheur en sciences humaines et sociales peut mobiliser cet outil pour décrire de manière fine différents aspects par des observations et des entretiens, interrogeant la manière de restituer le travail de recherche. La cartographie est ici un outil de compréhension d’un terrain ethnographique. Celle-ci rend compte de processus et de dynamiques sociales sans les figer. Cet outil est une plus-value en accroissant la visibilité des données au travers d’une autre façon de raconter le terrain. Les catégories des acteurs ainsi que les catégories d’analyses sont représentables de manière synthétique. C’est ce que soutient également Pierre Joffre au travers de son enquête intégrant la composante urbaine à sa problématique : Ce que dessiner veut dire : la méthode cartographique comme révélateur des frontières symboliques dans le XVIIIe arrondissement de Paris. A travers l’usage de cartes mentales, il utilise ce médium comme un moyen de communiquer avec ses enquêtés. Dans son exposé, Pierre considère l’usage de la cartographie comme une méthode heuristique et un outil de production de données dans le cadre d’une enquête sociologique. La cartographie contribue à la compréhension des processus sociaux : elle agit comme un facilitateur dans la situation d’entretien et met en lumière des dimensions autrement moins perceptibles au travers des discours des enquêtés. A la suite de ces interventions, David Guéranger, sociologue, au LATTS, a apporté un nouvel éclairage sur ces trois présentations, en questionnant notamment le rôle du terrain dans la mise en carte de l’espace, et a mis en relation les différentes optiques choisies par les intervenants. Sa conclusion a ouvert le débat sur la nécessité, ou non,  de l’utilisation de la carte en sciences sociales et sur ce que cette dernière apporte aux différentes problématiques soulevées par les intervenants et intervenantes.

L’usage de la cartographie participe à la création d’espaces d’échanges interdisciplinaires. Noé Giraud, dans sa présentation De Tim Ingold à Philippe Rekacewicz, pour une pratique critique de la carte en sciences sociales, apporte un regard réflexif sur la cartographie comme forme d’écriture, discutant différentes approches et constructions analytiques pour décrire une réalité sociale. Il met ainsi en perspective et discute les contributions et approches de Tim Ingold et de Philippe Rekacewicz. Il s’agit d’une réflexion critique sur l’usage de la cartographie en sciences sociales en prenant comme point central l’appropriation ainsi que la construction/déconstruction de l’outil cartographique. Cette diversité des approches cartographiques est exposée par Diego Mermoud qui développe une Réflexion sur la projection mondiale. Il définit les limites et le potentiel de chaque exemple choisi, afin de proposer une représentation du monde plus réaliste. Il y discute les représentations spatiales que nous avons et que nous produisons au travers d’illustrations cartographiques. Les cartes sont une représentation du monde en même temps qu’elles contribuent à la pérennisation de ces représentations. Il en va de même pour les projections mondiales ne faisant pas l’économie d’une part subjective et artistique. L’après-midi s’est poursuivi par une discussion animée par Jérémy Garniaux, ingénieur de recherche, géographe et cartographe au LPED, qui est revenu sur les aspects théoriques et conceptuels de la cartographie introduits précédemment.

La journée s’est conclue par un atelier qui consistait en la réalisation de cartes sensibles en groupe du quartier du Panier, qui environne la Vieille Charité. A partir de différentes méthodes et matériaux, les groupes ont réalisé des cartes qui mettaient en lumière leur perception de cet espace : le patrimoine du Panier, la perception du relief et le rapport à la mer, les chemins du quotidien et les pratiques urbaines, par exemple. Ce temps d’atelier a contribué aux échanges entre intervenants et spectateurs et a donné lieu à une mise en pratique et à des expérimentations des possibilités d’utilisation de la carte en sciences sociales.

 

Illustration : Interactive landscape, 2014 – Sander Veenhof (CC BY 2.0)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search